Charline Van Snick, contrôlée positive à la cocaïne, nie

Charline Van Snick a été contrôlée positive à la cocaïne lors Mondiaux de judo disputés en août à Rio où elle avait décroché la médaille de bronze, annonce le site de la RTBF.

La judokate nie avoir consommé une substance illicite et veut prouver son innocence . « C’est aberrant, je ne comprends pas », a commenté la Liégeoise.

Van Snick : « J’ai vraiment une hygiène de vie irréprochable »

«  J’ai reçu un courrier m’informant qu’on avait trouvé une substance interdite dans un de mes échantillons d’urine, des métaboliques de la cocaïne », a déclaré Charline Van Snick à la RTBF.

« Cette nouvelle m’a abasourdie, car je fais très attention à cela, et j’ai vraiment une hygiène de vie irréprochable. Je n’ai jamais pris aucune substance susceptible d’améliorer mes performances. Pas volontairement en tout cas », a ajouté la judoka originaire.

« Avec mon avocat, nous sommes en train de monter un dossier pour prouver mon innocence. Je me suis toujours efforcée d’être la plus professionnelle possible et de respecter toutes mes obligations en matière de dopage et je ne comprends pas comment une telle chose a pu arriver », a ajouté Charline Van Snick.

Une contre-expertise est en cours

Charline Van Snick, 23 ans, risque une suspension de deux ans et de perdre sa médaille de bronze remportée au Brésil, si le contrôle positif est confirmé. Les résultats de la contre-expertise sont désormais attendus.

Le Président de la Fédération Francophone de Judo, Michel Bertrand, et le Directeur Sportif Cédric Taymans n’ont, disent-ils, reçu aucune confirmation officielle de ce contrôle positif et préfèrent, à l’heure qu’il est, s’abstenir de tout commentaire.

Et le président Michel Bertrand a précisé : « Nous sommes tenus à des procédures, et au respect de la confidentialité ».

La judokate avait aussi décroché la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres en 2012 dans la catégorie -48 kg.