Le destin des vitres teintées est en train de s’assombrir

En France, le Conseil national de la sécurité routière (CNSR) a émis le souhait « d'étudier l'élargissement de l'interdiction de surteintage à l'ensemble des vitres latérales », selon Le Figaro. Paris serait actuellement en discussion avec les professionnels de l'automobile.

Le principal reproche que font les opposants aux vitres teintées, c'est qu'elles empêcheraient les forces de l'ordre de faire leur travail. Lors des contrôles routiers, les vitres assombries ne permettent en effet pas de vérifier qui sont les passagers, s'ils portent leurs ceintures de sécurité, ce qu'ils font, etc. Autre problème : les motards ne peuvent anticiper les réactions des quatre roues sans voir si un automobiliste les a repérés ou s'il est au téléphone par exemple.

Du côté des partisans de ce genre de filtre, on revendique plusieurs avantages, au-delà de l'aspect esthétique et en vogue de cette customisation. D'abord, les vitres teintées permettraient de garder à l'abri des regards indiscrets le contenu des véhicules, réduisant ainsi le nombre de vols dans les habitacles. Elles auraient aussi un impact écologique en permettant de conserver une température fraîche à l'intérieur du véhicule et en réduisant donc l'utilisation de l'air conditionné. Elles garderaient enfin les occupants des voitures à l'abri des rayons ultra-violets, très nocifs pour la santé.

Aucun projet en Belgique

Mais si le débat est ouvert en France, il semble que ça ne soit pas le cas en Belgique. « Il n'y a aucun projet pour régulariser davantage les vitres teintées pour le moment », explique Marie De Backer pour le Goca (Groupement des entreprises agréées pour le contrôle automobile et le permis de conduire).

Il existe bien une directive européenne qui établit les règles du contrôle technique, mais, en France, aucune loi ne régularise cet aspect du « tuning ». Les véhicules totalement opaques (à l'exception du pare-brise, évidemment) sont de plus en plus en vogue. En Belgique, au contraire, une législation existe bel et bien. « La règle veut que les vitres latérales avant soient totalement dégagées, continue Marie De Backer. A l'arrière, la seule contrainte, c'est que les filtres utilisés n'aient pas un degré de réflexion qui dépasse les 35 %. Et sur le pare-brise avant, seules les bandes pare-soleil sont autorisées, mais leur taille est limitée. » Des règles précises qui doivent être respectées pour que le véhicule passe le contrôle technique. Et qui contentent la Police de la route, qui n'a jamais été confrontée à des problèmes relatifs à ces vitres teintées en Belgique. « Il y a donc très peu de chances que la situation change dans le futur », conclut Marie De Backer.

Plutôt qu'une interdiction totale, la France semble d'ailleurs se diriger vers un compromis très semblable aux règles d'application en Belgique. Ce débat franco-français servira de piqûre de rappel à tous les Belges qui envisagent de personnaliser leur véhicule de cette manière.