Le jury d’éthique publicitaire condamne la publicité sexiste de Gamma

L’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH) a transmis au jury d’éthique publicitaire une quinzaine de plaintes concernant la campagne publicitaire « les chattes bricoleuses » de Gamma. Dans le cadre de la journée internationale de l’homme, la chaîne de bricolage avait suggéré aux messieurs de se faire photographier dans ses enseignes avec des filles légèrement vêtues. Avant de finalement faire marche arrière suite au tollé médiatique, et de proposer à ses clients de poser en compagnie d’un modèle masculin afin de souligner « le travail d’équipe  ».

L’IEFH, qui avait dénoncé « une violation de la loi anti-discrimination» et qui collaborera davantage à l’avenir avec Gamma, a reçu 32 plaintes relatives à des publicités sexistes en 2012, soit un peu moins de 4% de l’ensemble des plaintes. Par contre, environ 15% des plaintes que reçoit le JEP sont liées au sexisme.

Si l’IEFH et Michel Pasteel, son directeur, se félicitent « d’une meilleure prise de conscience du danger de ce phénomène par le public» , des campagnes publicitaires continuent de véhiculer de tels stéréotypes. Des occasions comme les journées dédiées aux femmes ou aux hommes semblent être plus propices que d’autres «à l’apparition de ce genre de publicités», précise Michel Pasteel, car «on veut faire le buzz pour faire des économies» .