La Sauvenière devient Mnema

Historiquement lieu d’hygiène et d’émancipation sociale, les Bains de la Sauvenière n’auraient pu s’inventer meilleure reconversion : après cinq ans de travaux, ils accueilleront dès la mi-janvier l’ASBL Mnema, les Territoires de la Mémoire et le Centre liégeois d’action laïque.

Vaste (14.000 mètres carrés) et idéalement situé (entre le boulevard et la place Xavier Neujean), ce paquebot de béton, de verre et d’acier a aussi une forte valeur symbolique qui ne pouvait que séduire ceux qui demain y embarqueront : imaginé par Georges Truffaut, grand résistant à l’occupant allemand, il a été conçu dans le style Bauhaus, un courant artistique considéré comme dégénéré et interdit dès 1933 par les nazis.

« Le 27 janvier 2004, après avoir appris la fermeture des bains de la Sauvenière, j’ai sollicité le bureau d’études de Pierre Beugnier afin de lui faire part de notre projet et d’en étudier la faisabilité », raconte Jacques Smits, président des Territoires de la Mémoire. L’ASBL Mnema, chargée de prendre en charge la réhabilitation du bâtiment, sera créée l’année suivante et le chantier démarrera en 2009 avec le désamiantage du bâtiment.

Aujourd’hui, à un mois de l’inauguration officielle, ce sont encore coups de marteau et ronronnements de compresseurs. Mais l’essentiel est là : entrant par l’arrière du bâtiment, le visiteur se rendra au second étage où est installé le bureau d’accueil puis bifurquera vers un des espaces d’exposition, vers le parcours thématique des Territoire ou vers la salle de spectacle aménagée sous l’ancien bassin. Ce grand bassin a été recouvert d’une vaste dalle pavée mais les margelles, les échelles, certaines cabines des vestiaires, les plages sont toujours là, illuminées par cette grande verrière qui donne sur la place Xavier Neujean. Les arcs de béton qui surplombent l’ancien bassin revoient ainsi la lumière du jour, eux qui furent trop longtemps dissimulés par un faux plafond. « Nous avons voulu rendre justice à l’architecture originale du bâtiment », insiste l’architecte Pierre Beugnier, qui a coordonné cette réhabilitation. Le petit bassin, les anciennes tribunes, les sols de Granito, l’escalier classé sont encore autant de témoignages sauvegardés et mis en valeur.

Des espaces de restauration, une médiathèque, des salles de réception, des espaces d’exposition et une salle de concert de 280 places, une bibliothèque, des bureaux et espaces techniques s’inscrivent aussi dans la visite du bâtiment. Visite qui, pour le public, sera possible dès le 16 janvier : « Ce week-end portes ouvertes démarrera avec une conférence d’Abdou Diouf, ancien président du Sénégal et secrétaire général de la Francophonie  », précise Jean-Michel Heuskin, directeur de l’ASBL. Ce même week-end, les animations musicales seront assurées par Claude Semal, André Borbé, Perry Rose, Mousta Largo, etc. « Le reste de la programmation s’annonce bien, nous sommes quasiment complets jusqu’au mois de juin », termine Jean-Michel Heuskin.

Le prix du chantier, cofinancé par le Feder, la Wallonie, la Ville, la Province et le Centre d’action laïque, est de 21,7 millions d’euros.