Rififi autour du traité budgétaire européen

La Belgique doit, en principe, ratifier le Traité budgétaire européen pour le 31 décembre. Cela suppose donc que le texte soit adopté par toutes les assemblées du pays cette semaine encore, avant la trêve des confiseurs. Une séance spéciale du Parlement wallon avait d’ailleurs été convoquée ce jeudi, avant d’être, vraisemblablement, déplacée à ce vendredi. A la Fédération Wallonie-Bruxelles, on évoque maintenant des réunions... samedi. Même désordre à Bruxelles, où les ordres du jour, tant pour la Parlement régional que pour les assemblées des Commissions communautaire commune (Cocom) et communautaire française (Cocof) ont déjà été bouleversés à plusieurs reprises. Ils ont finalement été fixés, ces dernières heures, à ce vendredi.

Simple problème d’agenda ? Dans les travées parlementaires, on pointe du doigt Ecolo. Les Verts n’ont jamais caché leur opposition au traité européen, ils ont d’ailleurs voté contre au niveau fédéral, et Jean-Claude Defossé (député bruxellois) a d’ores et déjà annoncé qu’il ferait pareil au Parlement bruxellois et à la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pourtant, lors du comité de concertation consacré à la relance, Ecolo, par la voix de Jean-Marc Nollet, avait annoncé que les textes européens seraient bel et bien votés, « un accord étant intervenu au sein de l’Olivier sur les modalités de transposition ».

Le FDF : « Nous sommes les cornichons de l’Europe »

Le FDF, par la voix de Didier Gosuin, n’est pas tendre. « On n’a pas pu prévoir le prévisible, à savoir qu’on devait voter le Traité pour le 31 décembre. Du coup, on reçoit une cavalcade de convocations, et on doit bouleverser tous les ordres du jour. » Le chef de groupe amarante ne décolère pas : « En recevant les convocations, j’ai demandé les textes sur lesquels nous devons nous prononcer, on m’a répondu qu’ils n’étaient pas encore disponibles. C’est inimaginable ! C’est grotesque. On veut être la capitale de l’Europe, et nous sommes en fait les cornichons de l’Europe. »

Le MR : « Ecolo met en péril l’assentiment belge »

« Ecolo ne votera le texte que moyennant certaines modalités… organisant ainsi la valse des commissions et séances plénières dans les diverses assemblées parlementaires  », se désolent les chefs de groupe MR, Françoise Bertieaux, Willy Borsus et Vincent De Wolf. « Que ce soit à Namur ou Bruxelles, on convoque, annule, re-convoque, etc. des commissions. Des points sont ajoutés, retirés, re-ajoutés à l’ordre du jour des séances plénières. Mais de texte en réalité, le MR ne voit toujours rien venir ! » Et le MR de conclure en se disant « prêt à apporter son soutien à la majorité afin de voter le texte avant la fin de l’année pour respecter les délais européens. »