Weelingua, le cadeau malin à mettre sous le sapin

Vous avez pensé à tout le monde mais vous buttez encore sur les cadeaux des petits frères, soeurs, cousins et/ou neveux ? On a peut-être une idée pour vous.

Weelingua (la contraction latino-anglaise des termes « roue » et « langue ») est un jeu de « quizz » familial du genre de ceux qui font autant plaisir à recevoir qu’à offrir. Assez classique dans l’intention - il propose aux petits et grands de s’amuser en apprenant -, il surprend agréablement par la pertinence des questions et son rythme de jeu.

La version de base se résume à un plateau de jeu circulaire et son aiguille, 121 cartes de questions, une vingtaine de mini-jeux et un sablier. Accessible dès 8 ans, le jeu promet d’améliorer « grammaire, orthographe, prononciation, culture, réflexions numérique et verbale, syntaxe, concentration, rapidité, raisonnement logique, sens de l’observation, vocabulaire, déduction et mémoire ». Rien que ça.

« À quelle vitesse évoluent une tortue, une poule, un humain, un cheval, une autruche et un guépard ? » Derrière l’apparente simplicité de la question, la gymnastique cérébrale pour parvenir aux bonnes réponses, tant pour celui qui pose la question - il doit répondre par « plus » ou « moins » à chaque essai manqué - que pour celui qui tente d’y répondre, fait appel à de nombreuses compétences, de la gestion du sablier à la maitrise des nombres en passant par la représentation mentale d’un mouvement rectiligne uniforme et, bien sûr, la bonne connaissance de la langue.

L’aventure entrepreneuriale

C’est précisément l’apprentissage de la langue qui a d’abord animé Louis Sorlat et Elie Casamitjana, les créateurs de Weelingua. « Notre jeu était initialement destiné aux adultes désireux d’apprendre le français », explique Louis Sorlat, coach en langue et en communication pour cadres étrangers résidant à Bruxelles. « On l’a testé auprès des familles et des écoles, et Weelingua est aujourd’hui susceptible de se retrouver tant dans l’armoire de jeux à la maison qu’à l’école sur l’étagère des supports pédagogiques. » Ce qui est déjà le cas pour une école spécialisée à Tournai, visiblement séduite par l’efficacité de la méthode. C’est qu’avec 30 à 40 minutes de jeu par partie, Weelingua s’adapte particulièrement bien au rythme d’une classe… ou à celui des logopèdes et orthophonistes. « Jeu très bien conçu et qui permet une grande variété d’applications, en logo et aussi en neuropsychologie », témoigne Sarah T., psychologue à Bruxelles.

Pour Louis et Elie, l’aventure Weelingua a commencé en 2010. Futés, les deux entrepreneurs français ont multiplié les leviers de financement et d’accompagnement, tant en Wallonie qu’à Bruxelles. D’abord avec la bourse de préactivité proposée par l’Agence wallonne de Stimulation économique (ASE), ensuite grâce à l’accompagnement de l’Agence bruxelloise pour l’Entreprise (Impulse.Brussels, anciennement ABE) et enfin auprès de Brussels Invest & Export (BIE). « On est français, le jeu est fabriqué en France, mais l’entreprise Weelingua SPRL est bien belge ! », précise Louis Sorlat, amusé.

Pour ne rien gâcher, Weelingua s’est également attiré les sympathies du fonds Innoviris (fonds bruxellois de soutien à l’innovation) pour son concept de cocréation. Effectivement, via une plateforme web, Weelingua propose à ses utilisateurs d’enrichir son contenu en proposant de nouvelles questions, de nouveaux mini-jeux, qui viendront s’ajouter aux kits de cartes déjà proposés en option (tels que le kit logico-mathématique Winiplus, le kit anglais WinEnglish ou le kit de réflexion verbale WinBlabla). Des kits que l’on pourra télécharger et imprimer chez soi, sur le mode DIY (« do it yourself »). Une idée d’Elie Casamitjana, le partenaire de Louis, orienté gestion et marketing, par ailleurs chef de projet chez le géant du paiement en ligne Ogone.

Finalement, Louis et Elie ont été sélectionnés au festival européen du crowdfunding Europe Refresh (que nous avions couvert à l’époque), dans la catégorie Éducation. Pour assurer le lancement de leur boutique en ligne et une production plus importante, ils visent un montant de 15.000 euros d’investissement, dont ils espèrent obtenir la moitié via la plateforme KissKiss BankBank. D’ici-là, le jeu est déjà disponible en Belgique et en France pour 38,90 euros, « dans la limite des stocks disponibles ».