Accident de ski de Schumacher: le point sur l’enquête

Une enquête a été ouverte sur « les circonstances et les causes de l’accident de ski » de Michael Schumacher.

« Certains rochers étaient voyants, d’autres moins, la seule chose que nous pouvons affirmer, à l’heure actuelle, est que Michael Schumacher a été déséquilibré par l’un d’entre eux avant sa chute », a assuré mercredi Patrick Quincy, le procureur de la République d’Albertville.

Pour rappel, le choc s’est produit dans une zone hors-piste de la station de Méribel. Propulsé en l’air, Schumacher est retombé sur le côté droit de sa tête contre un rocher en contrebas.

Quelques minutes après son accident, il fut héliporté vers le centre hospitalier de Moûtiers avant d’être transféré au CHU de Grenoble.

Schumacher aurait voulu aider un ami qui a chuté

Dans un premier temps, le parquet et la direction de la station de Méribel avaient annoncé que Michael Schumacher avait heurté à grande vitesse un rocher de la tête. Version qui a été nuancée par sa porte-parole, Sabine Kehm. Celle-ci a avancé que la vitesse n’est pas en cause et que le pilote a quitté la piste balisée pour secourir un ami tombé, avant de poursuivre la descente dans cette zone.

Le parquet a affirmé ne pas être en possession de ces éléments et engager des vérifications dans les prochains jours, en entendant notamment Sabine Kehm.

État « stable » mais « critique »

Le septuple champion de Formule 1 aura, ce vendredi, 45 ans. Selon les dernières informations communiquées par son attachée de presse mercredi matin, l’état de santé de Michael Schumacher est « stable » même reste « critique ».

Les médecins de l’hôpital de Grenoble ont catégoriquement refusé d’émettre des pronostics quant à l’évolution de l’état de santé de Michael Schumacher qui a subi deux opérations les 29 et 30 décembre derniers. La première intervention avait pour but de réduire la pression intracrânienne la seconde a permis d’évacuer un hématome.

L’agence de presse AFP a réalisé un schéma de ses blessures probables, même si la localisation précise des lésions n’a pas été donnée par les médecins.