Le Ballon d’or féminin, ce prix dont personne ne parle

Ce soir, sera décerné le FIFA ballon d’or au Palais des Congrès de Zurich. Très vite, les questions tournent autour des trois joueurs en lice. Qui de Cristiano Ronaldo, Lionel Messi ou Franck Ribéry sera élu Ballon d’Or 2013<UN>?

Mais ce soir, un trophée féminin sera aussi remis. Méconnu du grand public., il salue pourtant les prouesses de la joueuse mondiale de l’année. Pour cette édition, les finalistes sont l’allemande Nadine Angerer, la brésilienne Marta et l’américaine Abby Wambach, sacrée meilleure joueuse 2012.

Portrait des trois joueuses

L’Américaine de 33 ans est une nouvelle fois favorite cette année. Cette joueuse a marqué l’histoire du football féminin en inscrivant le 20 juin dernier un quadruplé avec la sélection américaine au cours d’un match contre la Corée du Sud. Grâce à cette performance, Abby Wambach est devenue la meilleure buteuse de l’équipe américaine, hommes et femmes confondus, avec un total de 160 buts. Elle compte aussi le titre de meilleure joueuse Fifa 2012 à son palmarès. Cette année, la vedette de l’équipe de Western New York Flash s’est démarquée en amenant son équipe jusqu’en finale de la National Women’s Soccer League.

Face à elle, la concurrence est rude. L’allemande Nadine Angerer, 35 ans, compte déjà deux Coupes du monde, ainsi que cinq sacres européens. Elle a aussi remporté le tout premier titre de joueuse européenne de l’année de l’UEFA. Cette récompense, la gardienne de la Mannschaft la doit à sa formidable prestation en finale de l’Euro où elle a arrêté deux penaltys lors des tirs au but face à la Norvège. Elle a permis ainsi à son équipe de se hisser au sommet du football européen. Aujourd’hui exilée en Australie, elle joue pour l’équipe de Brisbane Roar.

Marta Vieira da Silva de son vrai nom est plus communément surnommée « Marta » ou encore « la Pelé en jupe », en référence au champion brésilien. Elle compte déjà cinq titres de meilleure joueuse au monde (2006, 2007, 2008, 2009 et 2010). Même si cette année, elle n’a pas spécialement brillé, l’attaquante vedette du club suédois de Tyreso a tout de même permis à son équipe d’accéder pour la première fois aux quarts de finale de la Ligue des Champions. La joueuse de 27 ans a aussi été sacrée meilleure buteuse de l’histoire de la Coupe du monde féminine avec 14 réalisations. Elle reste un modèle pour grand nombre de joueuses.

Encore d’autres prix seront décernés

D’autres récompenses seront aussi à l’honneur ce soir comme le prix du meilleur entraîneur de l’année. Du côté du football masculin, le trophée se joue entre Alex Ferguson, le célèbre manager de l’équipe de Manchester United et les allemands Jupp Heynckes (Bayern Munich) et Jürgen Klopp, entraîneur du Borussia Dortmund depuis l’été 2008. Du côté des équipes féminines, la section se compose des allemands Ralf Kellermann et Silvia Ned. Ils entraînent respectivement les équipes de VfL Wolfsbourg et de Mannschaft. La troisième candidate est suédoise. Il s‘agit de la grande gagnante du prix 2012, Pia Sundhage.

Le prix Puskas, quant à lui, récompensera le meilleur but de l’année. Les nominés sont Zlatan Ibrahimović et son but lors du match amical Suède – Angleterre, le 13 novembre 2012, Nemanja Matić (SL Benfica – FC Porto, Liga ZON Sagres portugaise, le 13 janvier 2013) et Neymar (Brésil – Japon, Coupe des Confédérations de la FIFA). Pour ce prix, ce sont les internautes qui votent parmi la sélection de dix buts de la Commission du football de la FIFA.

Enfin, Il y aura la remise du prix du Président. Crée en 2001, il récompense une personne ou une institution pour sa contribution discrète mais indispensable au monde du football. Il peut récompenser un événement majeur, une vie passée au service du beau jeu ou une attitude jugée exemplaire. Il a été remis à l’Allemand Franz Beckenbauer lors de l’édition 2012. Une affirmation dans les médias de l’ancien joueur Pelé laisse à penser qu’il sera le lauréat de cette année. « J’ai gagné trois Coupes du monde, mais à une époque où le Ballon d’or n’existait pas. La FIFA a décidé de m’en accorder un ». En effet, lorsque le Ballon d’or a été créé en 1956 par France Football, il récompensait uniquement les joueurs de nationalité européenne et évoluant dans un championnat européen. ce n’était pas le cas du Roi.