Accueil

«Elle avait tout le temps d’allumer les foyers»

SAINTE-CECILELe calme est revenu mais les habitants sont interloqués. Ils ont vécu 15 jours dans la peur.

Temps de lecture: 2 min

La vague d’incendies criminels qui s’est abattue sur Sainte-Cécile depuis fin décembre semble connaître son épilogue. Mardi, un couple du village a été interpellé. Mais seule la dame, en aveux partiels, a été placée sous mandat d’arrêt. Ce jeudi, nous avons rencontré son compagnon, Jean-Paul Demoulin.

Un homme abattu qui ne comprend pas ce qui est passé dans la tête de sa compagne…

Comment est-il possible que votre compagne ait bouté le feu à une dizaine d’endroits, sans que vous vous en rendiez compte ?

Je suis malade. Un problème cardio-vasculaire qui m’obligera à subir une opération. Les médicaments me font dormir profondément. Je suis au lit à 21 h. Ma compagne avait ensuite tout le temps d’allumer les foyers d’incendie.

Comment les soupçons se sont portés vers votre couple ?

Les policiers avaient remarqué qu’en dehors des incendies importants, il y avait de plus petits foyers, notamment sur un de nos cabanons. Et puis, il y aussi le fait que les pneus de notre voiture ont été dégonflés, alors que les autres victimes ont eu les pneus crevés. Un peu gros comme tentative de nous faire passer pour des victimes.

Comment réagissait votre compagne avant son arrestation ?

Elle partageait l’émotion des villageois. Franchement, je ne sais pas ce qui lui a pris.

On sait que la plupart des bâtiments appartenaient aux mêmes personnes. Votre compagne avait-elle des raisons de leur en vouloir ?

Absolument pas. Ce sont des gens à qui nous parlions tous les jours. Quand nous sommes arrivés de Bruxelles, il y a bien eu une petite dispute concernant des chiens et le bruit. Mais c’était il y a trois ans, et tout cela s’était calmé. Nous avions des relations cordiales, comme avec la plupart des gens du village. Elle était peut-être un peu plus véhémente, mais de mon côté, je calmais toujours le jeu. Aujourd’hui, je suis vraiment honteux. Je n’ose plus sortir.

Estimez-vous que votre compagne avait des problèmes personnels ?

C’est peut-être là qu’il faut chercher l’explication. Elle est gravement dépressive, depuis longtemps. Elle a été internée et suit un traitement médicamenteux. Il y a sept mois, elle a perdu sa mère. Cela lui a occasionné un choc important. Et puis, quand j’ai prévenu les membres de sa famille qu’elle était emprisonnée, ils m’ont dit qu’elle était bipolaire. Elle peut être tout miel et puis, d’un coup, devenir très mauvaise, surtout quand elle mélange alcool et médicaments. Je ne sais même pas si elle s’est rendu compte de ce qu’elle faisait…

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une