Veillée contre l’euthanasie des mineurs: 1.300 personnes réunies à Bruxelles (vidéo)

L’église catholique organisait ce jeudi une «  journée de jeûne et de prière » afin de protester contre l’extension du champ légal de l’euthanasie aux enfants atteints d’une maladie incurable, en passe d’être approuvée par le Parlement.

Dans la soirée, plusieurs veillées organisées notamment à Bruxelles et devaient servir «  à réveiller les consciences et provoquer un ultime débat public au moment où notre pays risque de se donner une législation étendant la possibilité de l’euthanasie à des personnes mineures », a déclaré le Primat de Belgique, André-Joseph Léonard, présent à la Basilique de Koekelberg. C’est devant une assistance d’environ 1.300 personnes que la veillée s’est tenue vers 20 heures. Un texte expliquant pourquoi les responsables catholiques s’opposent à l’extension de la loi « euthanasie » a été distribué au cours de ces veillées.

Monseigneur Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, souhaite provoquer un ultime débat public. Il remet en cause l’utilité de cet élargissement, étant donné l’absence de réelle demande, mais aussi sa cohérence. «On juge les adolescents juridiquement incapables de poser des actes importants sur les plans économiques et affectifs et tout à coup, ils deviennent capables de décider qu’on les fasse mourir.»

Il met également en garde contre les dérives éventuelles de ces considérations éthiques, en s’appuyant sur le projet d’extension de l’euthanasie aux personnes démentes qui ont acté une demande anticipée. «Quand l’euthanasie se multiplie, cette décision prétendument purement individuelle exerce une pression subtile sur la société. Les personnes âgées potentiellement démentes dans quelques années vont se dire qu’il suffit de signer un papier pour ne pas risquer de devenir une charge pour leur entourage. Je crains que cela brise des solidarités et invite finalement discrètement des personnes à faire ce choix solitaire.»

Les représentants des grandes religions chrétiennes, musulmane ou juive ont récemment exprimé leur «  vive inquiétude face au risque de banalisation » de l’euthanasie.

Débat à la Chambre avant le vote jeudi soir

Adopté à une large majorité par le Sénat en décembre, le projet a franchi une nouvelle étape mardi dernier en étant approuvé par la commission de la Justice de la Chambre des députés. Il ne lui reste plus qu’à être voté en séance plénière de la Chambre.

Le débat débutera mercredi prochain à 14h15 en séance plénière de la Chambre. Les votes sont attendus jeudi en fin de journée.

Plus de doute sur l’issue du débat

Après les votes intervenus au Sénat et en Commission de la Chambre, il n’y a plus de doute sur l’issue du projet d’élargissement, en dépit des appels de plus en plus pressants de l’Eglise catholique.

Autorisée pour les adultes depuis 2002, l’euthanasie deviendra donc possible pour les mineurs faisant face à des souffrances physiques insupportables et inapaisables, en phase terminale. Ils devront pour cela être conseillés par une équipe médicale et recevoir l’accord parental.

La portée du texte sera limitée puisque la loi ne devrait concerner, par an, qu’une poignée de mineurs atteints d’un mal incurable, en particulier d’un cancer, et dont le décès est prévu dans un court délai.