Reynders sur la votation en Suisse: «La libre circulation est un principe fondamental»

Le ministre des Affaires étrangères « regrette » le résultat du référendum suisse qui a validé une limitation de l’immigration de masse.

Chef de l'édition numérique Temps de lecture: 2 min

Les Suisses ont dit « oui » à 50,3 % à une limitation de l’immigration de masse. Concrètement, ce référendum signifie la fin de l’accord de libre circulation des personnes signé avec l’UE, et qui s’est traduit par une immigration massive d’Européens en Suisse.

La Commission européenne regrette le résultat d’un vote qui aura de lourdes conséquences dans leurs relations car certains accords devront être renégociés. Didier Reynders, le ministre MR des Affaires étrangères, n’en pense pas moins… Au micro de La Première (RTBF), il a prévenu : « On ne peut pas laisser passer une votation comme celle-là. Je la regrette car elle risque de mettre en cause les accords entre la Suisse et l’Union européenne sur la libre circulation des personnes ».

« La crise favorise le repli sur soi »

« Il faudra examiner les conséquences », a expliqué Didier Reynders. « On va se préparer et voir quelles décisions concrètes la Suisse va mettre en œuvre sur base de cette votation ». Un Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne est prévu ce lundi.

Didier Reynders a constaté que « la crise continue d’alimenter certains courants qui favorisent le repli sur soi ». Mais, pour lui, « il va falloir expliquer que la libre circulation des travailleurs, c’est un principe fondamental du fonctionnement de l’UE ».

« Mon souhait c’est que l’Union européenne continue de travailler avec la Suisse », a malgré tout conclu le ministre des Affaires étrangères.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une