L’ebook rentre doucement dans nos habitudes

Ce Baromètre a été réalisé par Primento en janvier 2014 sur un échantillon de 1400 personnes, représentatif de la population belge, et mené dans des lieux publics et dans plusieurs villes de Belgique.

On apprend tout d’abord que 41% des sondés ont avoué lire très peu voire jamais et que seuls 19% ont déjà lu un livre numérique. Ce chiffre est en progression par rapport aux précédentes enquêtes et, commentent les auteurs, «suit la tendance observée dans d’autres pays comme la France (avec un retard d’un an)».

En face on fait de la résistance: plus des 2/3 des non-lecteurs d’ebooks n’envisagent pas de passer à la lecture électronique dans l’année qui vient. Les deux raisons qui ressortent sont l’attachement à la forme imprimée et le manque d’occasion.

Aux 267 sondés qui ont avoué avoir succombé à la lecture électronique, on a demandé les raisons de leur choix. En réponse, les pratiquants évoquent avant tout le confort de lecture et les économies réalisées. Les supports de lectures les plus usités sont les tablettes (153) et les liseuses (85) alors qu’une petite centaine d’acharnés lisent sur leur smartphone ou leur PC. Les gros libraires numériques comme Apple, Amazon, Google Play et Bol.com fournissent près de 2/3 des livres électroniques.

A la question: «Pour un livre papier vendu 15 euros, combien serez-vous prêt à débourser pour sa version électronique?»

16 % des lecteurs d’ebooks répondent « rien ». Ils préfèrent le pirater.

2 % sont prêts à payer 20 euros!!!

52 % accepteraient de payer de 10 à 15 euros.

Enfin, on a demandé aux 1400 sondés comment ils voyaient l’ebook:

16 % ne l’aiment pas.

20 % s’en foutent.

25 % y voient l’avenir de la lecture.

et 39 % y voient un complément à l’offre imprimée.

www.primento.com