Survol de Bruxelles: aucune commune n’est épargnée par les décollages (cartes)

La ministre bruxelloise de l’Environnement a convoqué la presse en urgence ce jeudi après-midi. Elle venait d’obtenir les dernières images radar du survol de Bruxelles par les avions qui décollent de Brussels Airport, fournies de façon régulière par Belgocontrol à son ministère. Elles montrent de façon flagrante l’impact du nouveau plan de survol de la capitale, mis en œuvre depuis le 6 février par le secrétaire d’Etat à la Mobilité Melchior Wathelet (CDH) en application de l’accord de gouvernement fédéral décidé en 2008 puis en 2010.

Les plaintes se multiplient

Comme le montrent ces images radar (voir ci-dessous), qui comparent la période du 6 au 14 février 2013 à celle du 6 au 14 février 2014, c’est désormais l’ensemble de la capitale qui est survolé par ces avions, et les habitants de zones jusque-là épargnées se plaignent des nuisances engendrées. Ce sont les zones proches du Canal au centre-ville et les communes de Watermael-Boitsfort, Auderghem et Etterbeek qui sont les plus touchées. Mais des plaintes ont également été enregistrées à Forest, Saint-Gilles et Ixelles.

Evelyne Huytebroeck estime que la situation observée n’est nullement conforme à ce qui est annoncé par Melchior Wathelet lequel affirme, d’après elle, que le nombre de Bruxellois survolés va diminuer de 465.000 à 65.000.

Sonomètres

La ministre écologiste a demandé à son cabinet de multiplier les sonomètres sur le territoire de la capitale et de procéder à des mesures serrées du niveau du bruit des avions, de façon à pouvoir très vite établir un rapport des nuisances pour le cas échéant introduire une action en cessation environnementale. Pour rappel, les procédures de décollage de l’aéroport de Bruxelles sont de compétence fédérale. Le contrôle des normes est quant à lui de compétence régionale.

Pour Evelyne Huytebroeck, «  il n’y a pas trente-six solutions ». Il faut avoir le courage politique de supprimer à terme les vols de nuit et redéfinir le type d’aéroport que l’on souhaite, à moins de deux kilomètres de la capitale, dans l’intérêt des riverains de toutes les régions concernées, estime-t-elle.

Le survol de Bruxelles du 6 au 14 février 2013, avant le nouveau plan de survol de la capitale

Le survol de Bruxelles du 6 au 14 février 2014, après la mise en œuvre des nouvelles procédures de décollage