Accueil

Euphony est au bord de la faillite

La faillite pourrait être prononcée par le tribunal le 13 mars prochain

Temps de lecture: 3 min

ALAIN JENNOTTE

JEAN-FRANCOIS MUNSTER

Le compte à rebours a commencé pour le courtier en télécoms Euphony. L’administrateur provisoire nommé il y a quinze jours par le tribunal de Commerce d’Anvers a achevé sa mission au sein de l’entreprise. Il vient de décider de proposer au tribunal la mise en faillite de l’entreprise. Faute d’un investisseur à même d’apporter des fonds importants durant le délai légal de quinze jours, le tribunal de Commerce d’Anvers devrait prononcer la faillite de l’entreprise le 13 mars prochain.

La situation d’Euphony, l’un des principaux partenaires commerciaux de Mobistar, n’a cessé de se dégrader depuis plus d’un an. Des milliers de revendeurs, pour la plupart indépendants, n’ont quasiment plus touché de commissions sur les ventes qu’ils ont réalisées depuis août 2013. Et la dette accumulée pour ces vendeurs s’élèverait à plus de 25 millions d’euros auxquels s’ajoutent 4 millions pour les fournisseurs. De nombreuses actions contre Euphony ont été lancées depuis l’an dernier. C’est leur nombre impressionnant qui avait décidé le tribunal de Commerce à nommer un administrateur provisoire, l’avocat anversois Herman Hellenbosch. Treize jugements ont déjà été rendus l’an dernier et plusieurs nouvelles actions intentées depuis le début de cette année. Dans sa décision nommant un administrateur provisoire, le président du tribunal de Commerce d’Anvers faisait état « d’une forte probabilité que l’entreprise soit de facto en situation de faillite ». L’espoir du tribunal était, en nommant un administrateur provisoire, de préserver dans la mesure du possible les intérêts des débiteurs.

De son côté, selon plusieurs vendeurs contactés par Le Soir, Euphony conteste systématiquement les montants réclamés par les vendeurs et interdit à son service comptable de leur transmettre les relevés financiers les concernant. Elle poursuit également en justice les vendeurs qui rompent leur contrat faute d’être payé et tentent de se recaser auprès d’autres opérateurs.

Depuis des mois, la direction d’Euphony promet à son personnel qu’un refinancement est imminent. Il y a quelques semaines, s’exprimant dans les colonnes du Soir, son patron, Frank Van de Wege indiquait que ce refinancement n’était qu’une question de jours. Sa société, Antaeus, détient 70 % d’Euphony. Le solde est entre les mains de trois actionnaires minoritaires dont la banque Barclay’s.

« Il reste à la société quatorze jours pour trouver un financement, explique Herman Hellenbosch. Si rien ne change, il y aura suffisamment d’éléments pour que le juge décide de mettre la société en faillite ». L’administrateur provisoire s’est refusé à indiquer le montant exact du trou financier d’Euphony, se contentant de préciser qu’il s’agit « d’un montant substantiel qui se chiffre en millions d’euros ». Ce montant ne doit cependant pas se trouver sur le compte de l’entreprise avant le 14 mars. des accords d’étalement des paiements ont été trouvés avec plusieurs fournisseurs. « Il y a différentes positions de créance qui s’échelonnent dans le temps », note encore l’administrateur provisoire.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une