S'identifier S'abonner

Poutine signe le décret reconnaissant l’indépendance de la Crimée

Ce lundi, l’Union européenne et les Etats-Unis ont osé les premières sanctions. Analyse et minute par minute.

Par la rédaction

Temps de lecture: 12 min

L’ESSENTIEL

Les Ukrainiens de Crimée se sont massivement mobilisés dimanche au référendum. Selon les premiers résultats officiels, 96,77 % des électeurs ont voté en faveur du rattachement à la Russie.

L’Union européenne a adopté des sanctions contre 21 personnalités ukrainiennes et russes jugées responsables de l’annexion de la Crimée par la Russie, a annoncé le ministre lituanien des Affaires étrangères.

Le président américain Barack Obama a fait écho aux Européens, en diffusant la liste de onze personnes visées par des gels d’avoirs : sept Russes et quatre personnes accusées de collusion avec la Russie en Ukraine, dont le président déchu Viktor Ianoukovitch.

En début de soirée, Vladimir Poutine a signé un décret reconnaissant la souveraineté de la Crimée, première étape vers le rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie. Celle-ci sera examinée par le Parlement russe vendredi.

LE MINUTE PAR MINUTE

20h45 Laurent Fabius, chef de la diplomatie française, a dit ce lundi que la France «pourra envisager» d’annuler la vente de navires militaires français Mistral à la Russie «si Poutine continue ce qu’il fait» en Ukraine. «Si Poutine continue ce qu’il fait, nous pouvons envisager d’annuler ces ventes, mais nous demandons à d’autres (...) de faire l’équivalent», a déclaré Laurent Fabius sur TF1, précisant que de telles mesures de rétorsion économique faisaient partie «du troisième niveau de sanctions» envisagé contre la Russie.

19h26 Poutine a signé le décret reconnaissant l’indépendance de la Crimée. La Russie, «compte tenu de la volonté des peuples de Crimée exprimée lors du référendum du 16 mars 2014», décide de «reconnaître la République de Crimée comme Etat souverain et indépendant où la ville de Sébastopol a un statut spécial», selon le texte du décret publié par le Kremlin.

18h35 Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon s’est déclaré lundi «très déçu et inquiet» au lendemain du référendum de rattachement de la Crimée à la Russie, et a souhaité une solution politique incluant «le respect de l’unité et de la souveraineté de l’Ukraine». Il demande à toutes les parties «d’intensifier leurs efforts et d’oeuvrer de manière constructive en faveur d’une solution pacifique» à la crise, a ajouté son porte-parole Stéphane Dujarric.

17h30 Wall Street avale la nouvelle du référendum en Crimée sans broncher. En hausse dès l’ouverture, les indices boursiers new-yorkais ont accéléré leur progression en cours de matinée. Anticipée, la nouvelle d’un vote massif en Crimée en faveur du rattachement de la péninsule ukrainienne à la Fédération de Russie n’a pas accentué la forte baisse du marché observée la semaine dernière. Au contraire.

En effet, «un certain soulagement prévaut alors que l’option d’une intervention militaire ne semble pas faire partie de l’équation en Ukraine même si le risque reste permanent», ont commenté les experts de la note d’information financière Briefing.com.

17h17 La Crimée «nationalise» le secteur pétrolier et gazier, dont la société pétrolière publique ukrainienne Tchernomorneftegaz. Elle assure la production, le transport et le stockage de carburants employant plus de 4.000 personnes et disposant de 13 plateformes off shore et de 1.300 km de gazoducs, dont 370 km en mer. Elle a extrait en 2012 1,2 milliard de mètres cubes de gaz. La Crimée a également « nationalisé » deux autres sociétés d’hydrocarbures dans le sud-est de la région.

17h05 Que penser des annonces occidentales sur de nouvelles sanctions ? Une piste peut-être : la bourse de Moscou connaît un fort rebond (+3,74 % pour l’indice Micex). « Les principales raisons du mouvement, ce sont la victoire de la Russie dans la lutte pour la Crimée et le fait que les Occidentaux ne prennent pour l’instant pas de mesures concrètes », a expliqué l’analyste Roman Gritchenko, cité par l’agence Ria-Novosti.

16h30 Les principales déclarations

« La communauté internationale continuera à être solidaire pour rejeter toutes les violations de la souveraineté de l’Ukraine et son intégrité territoriale. »

« La poursuite de l’intervention militaire russe en Ukraine ne fera qu’aggraver l’isolement diplomatique de la Russie, et son économie en souffrira encore plus. »

« Je crois qu’il y a toujours un moyen de résoudre cette situation par la voie diplomatique, d’une façon qui répond aussi bien aux intérêts de la Russie que de l’Ukraine. »

Il propose : « un retour des forces russes dans leurs bases de Crimée, le soutien au déploiement de davantage d’observateurs en Ukraine, et l’établissement d’un dialogue (entre Moscou) et le gouvernement ukrainien. »

16h05  L’Ukraine rappelle son ambassadeur en Russie. « Compte tenu la situation autour de la Crimée et de la nécessité de discuter de certains aspects internationaux de la crise, l’Ukraine rappelle pour consultation son ambassadeur en Russie Volodymyr Eltchenko », a annoncé le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué.

15h40   La déclaration de Barack Obama en direct.

14h50 Les 28 pays de l’Otan ont demandé « instamment » à Moscou de ne prendre aucune mesure d’annexion de la Crimée, car il s’agirait d’une «  violation flagrante de la Charte des Nations Unies » et affirmé ne pas reconnaître le résultat du référendum de dimanche sur le rattachement de la péninsule à la Russie.

14h45 Barack Obama a décrété des sanctions contre 11 hauts responsables russes et ukrainiens, dont le président déchu Viktor Ianoukovitch, en représailles au référendum d’annexion de la Crimée par la Russie. Sept hauts responsables russes figurent parmi les personnes visées par des gels d’avoirs aux Etats-Unis, selon l’exécutif américain, dont le vice-Premier ministre russe, Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe), Valentina Matvienko, ainsi que deux proches conseillers du président Vladimir Poutine et deux élus de la Douma.

14h40 L’ancien président soviétique Mikhaïl Gorbatchev a salué le résultat du référendum en Crimée sur le rattachement de la péninsule à la Russie et fustigé l’idée des Occidentaux d’imposer des sanctions à l’égard de responsables russes et ukrainiens. «  Si la Crimée a à l’époque été unie à l’Ukraine selon des lois soviétiques, (…) sans demander son avis au peuple, aujourd’hui ce peuple a décidé de corriger cette erreur. Il faut saluer cela, et non annoncer des sanctions », a-t-il déclaré.

14h25 L’UE et l’Ukraine signeront le volet politique de leur accord d’association le 21 mars, en marge du sommet des dirigeants européens à Bruxelles, afin de marquer le soutien européen aux nouvelles autorités de Kiev.

14h15 Les cours du pétrole coté à New York reculaient nettement à l’ouverture lundi, les investisseurs surveillant l’évolution de la situation en Ukraine, en Libye et attendant une réunion de la banque centrale américaine. Vers 14h, le baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en avril cédait 74 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et s’échangeait à 98,15 dollars.

14h00 L’Union européenne a adopté des sanctions contre 21 personnalités jugées responsables de l’annexion de la Crimée par la Russie, a annoncé le ministre lituanien des Affaires étrangères. Les ministres européens des Affaires étrangères «  viennent de décider des sanctions -restrictions de voyager et gel des avoirs contre 21 responsables ukrainiens et russes », a déclaré Linas Linkevicius sur son compte twitter.

13h00 « Les choses sont tout le temps tendues » en Ukraine, a déclaré ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andriï Dechtchytsia à l’issue d’un entretien au siège de l’Otan avec son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen, et au lendemain du référendum sur le rattachement de la Crimée à la Russie.

« Nous sommes très inquiets du nombre de troupes russes à la frontière Ukraine-Russie, par le nombre de “touristes politiques russes” dans les régions de l’est de l’Ukraine et par le nombre de provocations que la Russie tente d’organiser dans les régions ukrainiennes », a-t-il expliqué lors d’un point de presse.

La situation «  ressemble très fort au scénario mis en place en Géorgie en 2008, quand les provocations pourraient déclencher une escalade militaire », a-t-il poursuivi.

L’Ukraine souhaite renforcer sa « coopération militaire technique » avec l’Otan, dans le cadre des accords existant entre l’alliance occidentale et l’Ukraine, a-t-il précisé. Les autorités de Kiev devraient rapidement soumettre à l’Otan, peut-être dès lundi, une « liste » des équipements qu’elles souhaitent voir mises à leur disposition.

12h40 La Russie a levé le voile sur les propositions russes dans le cadre des négociations avec les Etats-Unis et l’Union européen sur la crise ukrainienne. « En prenant en compte les demandes des Etats-Unis et des Etats européens, nous avons préparé et transmis il y a une semaine à nos principaux partenaires aux Etats-Unis, en Europe et dans d’autres régions les propositions de la Russie sur la façon dont pourraient être soutenues les mesures que doivent prendre les Ukrainiens eux-mêmes pour sortir de la crise », indique un communiqué.

Moscou propose « la formation d’un groupe de soutien à l’Ukraine qui soit acceptable pour toutes les forces politiques ukrainiennes ».

Parmi les conditions énumérées par Moscou figure « la nécessité pour les hommes politiques ukrainiens de prendre leurs distances vis-à-vis des ultra-nationalistes ». Moscou propose par ailleurs que la langue russe soit la deuxième langue officielle en Ukraine et que l’Ukraine ait « un statut militaire et politique neutre garanti par la Russie, l’Union européenne et les Etats-Unis et soutenu par une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu ».

11h37 Le rouble est désormais la monnaie officielle de la république séparatiste de Crimée, a annoncé. La hryvnia, la monnaie ukrainienne qui avait cours jusqu’à présent, sera acceptée parallèlement jusqu’au 1er janvier 2016, a précisé le parlement sur son site internet.

11h12 Toutes les unités militaires ukrainiennes basées en Crimée seront dissoutes, a indiqué le président du parlement de la péninsule séparatiste. L’Ukraine annonce de son côté, mobiliser 40.000 militaires supplémentaires pour faire face à une « ingérence russe » dans ses affaires intérieures.

11h01 Le président russe Vladimir Poutine s’exprimera mardi devant le Parlement russe sur la Crimée.

10h42 Le président du Parlement de Crimée annonce la dissolution des unités militaires ukrainiennes.

10h36 Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a qualifié d’« illégal » le référendum et s’est déclaré favorable à l’imposition d’une première série de sanctions contre des Russes et des Criméens soupçonnés de menacer la stabilité de l’Ukraine.

Ce référendum est illégal, tant aux yeux de la Constitution et de la loi ukrainiennes que des normes internationales, a-t-il affirmé.

09h56 Le parlement de Crimée a proclamé l’indépendance de la péninsule de l’Ukraine et demandé officiellement son rattachement à la Russie. Le parlement urkrainien a approuvé au même moment une « mobilisation partielle ».

09h38 Le référendum en Crimée sur le rattachement de la péninsule séparatiste à la Russie est « une grande farce », a déclaré le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov.

« La Russie cherche à couvrir son agression en Crimée par une grande farce nommée référendum qui ne sera jamais reconnu ni par l’Ukraine, ni par le monde civilisé », a déclaré M. Tourtchinov devant les députés, en les appelant à voter une mobilisation partielle.

09h19 La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a assuré que l’UE allait envoyer « le message le plus fort possible » à la Russie en décidant d’imposer des sanctions.

« Nous essayons d’envoyer le message le plus fort possible à la Russie » afin qu’elle « comprenne combien la situation est sérieuse » au lendemain du « soi-disant » référendum en Crimée, a déclaré Mme Ashton avant une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles.

07h51 Le rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie a été approuvé par 96,6 % des votants au référendum tenu dimanche, selon les résultats définitifs communiqués par le Premier ministre pro-russe Serguiï Axionov sur son compte Twitter.

« Résultats définitifs du référendum 96,77 % pour ! », a écrit M. Axionov. Le parlement de Crimée doit se réunir dans la matinée pour approuver officiellement la candidature de la Crimée à l’intégration à la Russie, s’appuyant sur ce référendum considéré comme illégitime à Kiev et en Occident.

07h59 Les parlementaires russes prendront rapidement une décision au sujet du « rattachement » de la péninsule ukrainienne de Crimée.

07h32 Les médias russes saluaient presque tous le choix des habitants de Crimée de se séparer de l’Ukraine et de rejoindre la Russie, au lendemain du référendum qui s’est déroulé dans la péninsule du sud de l’Ukraine.

07h25 Les indices de la Bourse de Moscou ont ouvert en hausse d’environ 2 % au lendemain du référendum en Crimée marqué sans surprise par une victoire massive d’un rattachement de la péninsule ukrainienne à la Russie.

05h43 Le pétrole montait lundi en Asie après le « oui » de la Crimée au rattachement à la Russie, qui pourrait valoir à Moscou de nouvelles sanctions occidentales.

03h59 Le gouvernement japonais a appelé la Russie à ne pas annexer la Crimée, au lendemain d’un référendum dans cette république séparatiste d’Ukraine qui a voté en faveur de son rattachement à la Russie.

03h19 Le président de l’OSCE Didier Burkhalter appelle à trouver une solution diplomatique à la crise ukrainienne, après le référendum en Crimée. Il prône l’ouverture d’un dialogue, « dans un esprit de paix et dans le respect du droit international », a indiqué l’OSCE dans un communiqué.

01h19 «  Un référendum valable ne peut être tenu sous la menace de violences et d’intimidation, soit précisément le contraire de ce qui se passe en Crimée », a estimé Guy Verhofstadt, le leader des libéraux au Parlement européen. L’Union européenne et ses ministres doivent maintenant rester fidèles à leurs promesses et imposer des sanctions à la Russie, a-t-il ajouté.

– > Lire notre article

00h26 Le président américain Barack Obama a évoqué d’éventuelles sanctions supplémentaires contre la Russie, avertissant son homologue russe Vladimir Poutine que les États-Unis et leurs alliés ne reconnaîtraient « jamais » le référendum sur la Crimée de dimanche.

Au cours d’un entretien téléphonique avec M. Poutine, « le président Obama a souligné que le ’référendum’ en Crimée, qui violait la Constitution ukrainienne et survenait sous la contrainte de l’intervention militaire russe, ne serait jamais reconnu par les États-Unis et la communauté internationale », a encore indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

M. Obama a ajouté que « les actions de la Russie violent la souveraineté de l’Ukraine et son intégrité territoriale » et que «  en coordination avec nos partenaires européens, nous sommes préparés à imposer des sanctions supplémentaires contre la Russie pour ses actions ».

De son côté, M. Poutine a maintenu que le référendum en Crimée était « pleinement conforme » au droit international, a indiqué le Kremlin.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP