Engouement autour des fours à pain collectifs

Une brouette de sable à bout de bras, Élise Cornélis s’affaire sur le chantier de construction du four à pains à Vyle-Tharoul. L’animatrice de l’ASBL Devenirs est entourée de quelques bénévoles. Parmi eux, Vincent, qui se souvient du four à pain de son enfance, à Vico, en Italie. « On y faisait cuir le pain et la pizza. Ils avaient un goût incomparable », se souvient-il.

C’est ce goût que Vincent a envie de retrouver. Il a donc décidé de participer à la construction d’un four collectif. Les bénévoles y travaillent une fois par semaine, ils espèrent avoir terminé pour la fin de cette année.

Le four est situé à l’arrière des locaux de l’ASBL Devenirs. Les sanitaires de l’ancienne école seront transformés en un espace où les pains, pizzas et autres pâtisseries seront confectionnés. Les préparations seront ensuite cuites dans le four à bois.

« Ce projet a été mené dans le cadre du plan de cohésion sociale, précise Albert Deliège, le directeur de l’ASBL Devenirs. L’idée est venue de membres de l’atelier cuisine. Le projet est soutenu par la commune de Marchin. Au final, le four devrait nous coûter quelque 5.000 euros. Un prix très bas que nous avons pu obtenir grâce à la main-d’œuvre bénévole, mais aussi grâce à plusieurs dons. Ce projet permet de rassembler des villageois d’âges et d’horizons différents, c’est enthousiasmant ! »

La toiture a été réalisée par des écoliers de 5e et 6e primaire, chapeautés par un entrepreneur marchinois dans le cadre de l’opération « Graine d’artisans ».

Lorsque le four sera terminé, l’ASBL Devenirs envisage de mettre en place des ateliers de boulangeries et de permettre à la population de l’utiliser largement : « On pourrait imaginer une location de la salle située juste à côté, avec le four à pain, pour permettre aux convives de faire leurs pizzas eux-mêmes, lance Albert Deliège. Il faudra évidemment que les participants soient supervisés afin d’utiliser le four en toute sécurité. »

Sur le même sujet
PolitiqueItalie