Kunstenfestivaldesarts : l’art de se rassembler

Du 2 au 24 mai, le Kunstenfestivaldesarts fera la fête à Bruxelles. En pleine période d’élection, la manifestation se veut fédératrice.

Chef adjoint au service Culture Temps de lecture: 3 min

En mai, bien sûr, il y aura les élections. Mais pour les amateurs de culture, il y aura aussi et surtout le Kunstenfestivaldesarts. Un festival dont le directeur Christophe Slagmuylder rappelait mercredi matin qu’il n’était l’emblème d’aucune communauté, d’aucun parti. Il est au contraire ouvert à tous et à toutes, rassemblant des artistes du monde entier. Et si les créateurs de chez nous y sont nombreux, ils parlent indifféremment néerlandais, français, allemand, italien, espagnol, arabe, anglais ou tout autre idiome utilisé dans cette ville multiculturelle qu’est Bruxelles.

Bruxelles sera d’ailleurs au cœur de cette édition 2014 et pas seulement parce que c’est dans la capitale que la manifestation se déroule. 100 % Brussels, un projet original et passionnant y sera développé par le collectif allemand Rimini Protokol, habitué du Kunsten. Une centaine de Bruxellois y participeront pour tenter de tracer un portrait de leur ville (nous y reviendrons très bientôt).

Ce 100 % Brussels est par ailleurs assez symbolique de cette édition où les artistes rivalisent d’originalité pour rassembler les publics les plus divers. Car c’est bien là un des buts essentiels de la manifestation : rassembler des gens en un même lieu pour partager une expérience.

Pour cela le Kunstenfestivaldesarts s’installera durant un mois dans un nouveau lieu : l’ancien cinéma Marivaux. Un espace énorme, magique, délabré également avec ses hauts murs à la peinture écaillée, sa grande salle aujourd’hui transformée en parking et ses quelques souvenirs du passé…

C’est là que le festival installera son centre névralgique avec billetterie, bar, restaurant, point de rencontre, soirées dansantes mais aussi plusieurs créations. Dès le week-end d’ouverture, c’est là qu’on pourra voir The Monk from Tang Dynasty, spectacle théâtral de Tsai Ming-liang, Grand prix du jury à la dernière Mostra de Venise pour son film Stray Dogs. Son travail cinématographique sera également visible durant tout le festival au Galeries cinéma.

Le Marivaux retrouvera aussi son univers d’antan avec l’installation du suédois Markus Öhrn filmant en Ouganda des veejays qui traduisent et commentent en direct les films d’Ingmar Bergman. Dans un genre très différent, Gwendoline Robin dont on connaît depuis une quinzaine d’années le travail avec le feu et les explosifs, présentera dans ce cadre idéal une nouvelle performance intitulée J’ai toujours voulu rencontrer un volcan.

Et puis on attend beaucoup de Numax-Fagor-Plus du catalan Roger Bernat qui fera rejouer à des Bruxellois les dernières assemblées générales de travailleurs espagnols dont l’entreprise ferme ses portes. Un travail éminemment politique à l’instar de celui de Christophe Meierhans qui proposera au public de dialoguer avec lui et divers penseurs politiques autour d’une nouvelle constitution dont il est l’auteur.

Bien d’autres lieux seront évidemment de la fête, du National au KVS en passant par le 140, les Tanneurs, le Varia, Argos ou encore les appartements de voisins du Wiels où nous invitera Sarah Vanhee. Côté artistes, on retrouvera également Tim Etchells, Brett Bailey, Transquinquennal, Benjamin Verdonck, Els Dietvorst, Amir Reza Koohestani, Lia Rodrigues, Arpad Schilling, Milo Rau, Claude Régy et beaucoup d’autres. Ne manque plus que vous…

Du 2 au 24 mai à Bruxelles, www.kunstenfestivaldesarts.be.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une