Accueil

La cigarette électronique ne serait pas efficace pour arrêter de fumer

Selon une autre étude, elle serait même très dangereuse pour la santé.

Temps de lecture: 2 min

La cigarette électronique n’est apparemment pas efficace pour arrêter de fumer, conclut une étude aux Etats-Unis qui indique que ses utilisateurs ne sont pas plus nombreux à renoncer au tabac que les autres fumeurs.

Ce résultat conforte des recherches précédentes montrant que cette cigarette, non réglementée par les autorités américaines, ne présente pas un avantage particulier pour cesser de fumer, contrairement à ce qu’affirment les publicités de ses fabricants, soulignent les auteurs dont les travaux paraissent dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) Pediatrics.

Changer la réglementation

Pour leur étude, ils ont enquêté auprès de 949 fumeurs en Californie, dont 13,5 % ont indiqué avoir arrêté de fumer dans l’année. Or les utilisateurs de cigarettes électroniques, qui produisent une vapeur aromatisée avec ou sans nicotine, « n’ont pas été plus nombreux à arrêter de fumer voire sont moins nombreux », indiquent les auteurs à l’université de Californie à San Francisco.

Le fait que seuls 88 participants utilisaient des cigarettes électroniques, dont 9 (10,2 %) ont arrêté de fumer, pourrait rendre difficile la distinction d’une tendance, concèdent-ils. « Mais nos données viennent néanmoins appuyer les autres études indiquant que la cigarette électronique n’accroîtrait pas le taux de fumeurs renonçant à la cigarette, estiment ces chercheurs. Les réglementations devraient interdire les publicités affirmant ou laissant entendre que les cigarettes électroniques sont efficaces pour arrêter de fumer tant que cela n’a pas été démontré scientifiquement ».

Poison neurotoxique

Hasard du calendrier, le New York Times publie de son côté un papier sur l’extrême dangerosité de la nicotine liquide utilisé dans les cigarettes électroniques et qui serait neurotoxique. « De petites quantités, qu’elles soient ingérées ou absorbées à travers la peau, peuvent causer des vomissements, des syncopes, voire même être létales », écrit Matt Mitchell. Selon les toxicologues cités, les « e-liquides » sont d’autant plus dangereux que leur association à des parfums cerise, chewing-gum, chocolat, etc., risque de séduire un public jeune.

« La question n’est pas de savoir si un enfant peut oui ou non être gravement empoisonné ou tué, mais quand », explique un responsable du California Poison Control System, lui aussi professeur à l’Université de San Fancisco. Selon le journal américain, 1.315 d’empoisonnement à la nicotine liquide ont été recensés en 2013.

Chargement
Le fil info
Tous

En direct

Le direct

    Sur le même sujet La Une Le fil info

    Allez au-delà de l'actualité

    Découvrez tous les changements

    Découvrir

    À la Une