500 jeunes au premier débat bruxellois

BRUXELLESPendant plus de deux heures, Laurette Onkelinx, Didier Reynders, Joëlle Milquet, Didier Gosuin et Christos Doulkeridis ont débattu avec les jeunes.Des propositions concrètes en emploi, pauvreté, mobilité.

Cheffe Bruxelles Temps de lecture: 3 min

Près de 500 personnes se sont rassemblées, mardi soir, à l’invitation du Soir et de l’Ihecs, pour le premier grand débat bruxellois de la campagne. Au micro, cinq têtes de liste : Laurette Onkelinx (PS, Chambre), Didier Reynders (MR, Chambre), Joëlle Milquet (CDH, Région), Didier Gosuin (FDF, Région), Christos Doulkeridis (Ecolo, Région). Dans l’auditoire de l’Ihecs, une immense majorité de jeunes, dont bon nombre d’étudiants en Master1 presse/journalisme qui, pendant un mois, ont préparé, avec l’équipe #25 du Soir, ce rendez-vous, ciblé, à leurs demandes, sur trois thèmes prioritaires aux yeux de leur génération : emploi, pauvreté et mobilité. Que retenir de ce premier grand rendez-vous électoral dans la capitale ?

Emploi : priorité à la formation. Les cinq formations politiques partagent une priorité : mieux former les jeunes. Logique, puisque un jeune sur quatre, à Bruxelles, n’a pas son diplôme du secondaire. Tous les partis insistent : la solution passera par les entreprises. « Ce sont elles qui vont permettre de former les jeunes correctement, il faut arrêter d’enseigner sur des machines du 19e siècle », martèle Didier Reynders. Didier Gosuin ne dit pas autre chose, mais plaide « pour des partenariats avec les autres Régions, parce que Bruxelles a une économie tertiaire qui ne permettra pas de former tous les infra-qualifiés ». Joëlle Milquet relance le programme qu’elle avait annoncé dans ses colonnes : un contrat d’avenir pour tous les 0-25 ans, qui passe, notamment, par la création de pôles réunissant écoles et entreprises. Laurette Onkelinx propose de créer « 13 nouveaux pôles de développement, qui créeront de l’emploi » et Christos Doukeridis relance la proposition phare d’Ecolo : la création d’écoles bilingues.

Pauvreté : une aide au logement. Etre étudiant, c’est connaître les fins de mois difficile. Les partis proposent à cet égard une série de mesures, dont bon nombre en logement. MR et FDF plaident pour l’instauration d’une allocation-loyer. Christos Doukeridis souhaite créer une agence immobilière sociale pour les étudiants ; Laurette Onkelinx met sur la table la création, sur le site des casernes d’Etterbeek, de logements à prix modérés, ainsi que la gratuité des transports en commun pour les étudiants boursiers ou au CPAS, également prônée par le CDH. MR, CDH et FDF préconisent aussi une révision des bourses et aides financières aux étudiants.

Mobilité : place aux vélos, aux deux-roues, au tram. Le débat reste, ici encore, plutôt concret, les petites phrases et attaques partisanes sont restées dans le hall. Point de scoop en mobilité : les mesures proposées aux jeunes figurent déjà dans les programmes. Mais on a quand même appris que Didier Reynders aime le vélo électrique, Didier Gosuin le scooter et Laurette Onkelinx la marche, et qu’ils en ont tenu compte dans leur programme respectif : Villo électrique pour le MR, exonération de taxes pour les moins de 125CC au FDF, extension des piétonniers au PS. Et des tarifs réduits pour le CDH, du tram pour Ecolo.

L’intégralité des propositions sur http://blog.lesoir.be/hashtag25/

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une