L’indignité de Laurent Louis ne peut rester impunie

Depuis qu’il est devenu parlementaire, Laurent Louis multiplie les comportements et propos abjects.

Journaliste au service Monde Temps de lecture: 2 min

L e Soir a toujours choisi de ne pas donner d’écho à ses outrances. Cette fois, le député indépendant est allé encore plus loin dans l’ignominie. Déjà privé de son immunité parlementaire, il a, une nouvelle fois, profité de la séance plénière, retransmise par le site de la Chambre, suivie par nombre de médias, pour déverser ses infâmes élucubrations (traitant, à nouveau, le Premier ministre de « pédophile »).

L’homme n’ignore rien de l’article 58 de la Constitution, qui confère à tous les parlementaires la garantie « de ne pouvoir être poursuivi ou recherché à l'occasion des opinions et votes émis par lui dans l'exercice de ses fonctions ». Les élus du peuple, pourvu qu’ils s’expriment en cette qualité, peuvent donc tenir les propos les plus diffamatoires, en toute liberté. Même la loi Moureaux ne pourrait rien, ici, contre une tirade raciste ou xénophobe.

Seul le règlement de la Chambre permet de sanctionner les interventions indignes, selon la gradation suivante : retrait des paroles indignes du compte rendu de la séance (qui restent, toutefois, dans les images télé, sur les réseaux sociaux, le mal est donc fait...), rappel à l’ordre, interdiction de prendre la parole pour le reste de la séance, jusqu’à l’exclusion temporaire. Dérisoire par rapport à la gravité des faits ? Le cas présent relève davantage de la Justice que des procédures parlementaires. Du reste, toute forme de censure ou d’expulsion, le cas échéant forcée, lui offrirait, de nouveau, une tribune. En revanche, l’accumulation des faits commis ces derniers mois en marge des séances parlementaires permettra sans doute aux magistrats de sanctionner comme il se doit l’indignité de cet individu.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une