Municipales en France: taux d’abstention record, la gauche balayée par les urnes

L’ESSENTIEL

Il n’y a pas eu de sursaut pour la gauche. Une semaine après une première grosse « claque » électorale, les socialistes français espéraient limiter la casse lors du second tour des municipales. Au final, c’est davantage une progression de la droite et l’ancrage de l’extrême droite dans le pays qui se confirment.

Selon les premiers résultats, la gauche a en tout cas subi un revers sévère et perdu plusieurs villes importantes (Pau, Reims, Angers, Quimper,...) au détriment de la droite.

Le Front National, lui, jubile. Il devient la troisième force politique française et s’enracine un peu partout dans le pays. Le FN a remporté certaines villes « moyennes » (Béziers, Fréjus, Beaucaire,…) qui s’ajoutent à Hénin-Beaumont remportée dès la semaine dernière, mais échoue dans d’autres (Forbach, Perpignan).

Autre tendance : le taux abstention qui devrait atteindre des records avec environ 38 %, alors que la gauche misait sur une forte mobilisation de son électorat traditionnel pour tenter de limiter les dégâts.

Il s’agissait du premier test électoral pour François Hollande depuis le début de son quinquennat, en mai 2012, et l’ampleur de la déconvenue socialiste renforce l’hypothèse d’un remaniement ministériel rapide. Il pourrait avoir lieu dès le début de semaine, annonce RTL.fr, mais le PS n’a pas confirmé que ce serait dès lundi.

De l’avis général, l’ampleur du remaniement - et le sort du Premier ministre français Jean-Marc Ayrault - dépendra des résultats définitifs du scrutin.

Les résultats dans notre direct ci-dessous. (Pour les mobiles, cliquez ici)

Le minute par minute

Lundi

02h13 Le Front national dirigera au moins onze villes à l’issue des municipales, confirmant son ancrage dans le nord et le sud du pays, avec un défi, celui de faire ses «preuves».

Sa présidente Marine Le Pen s’en est réjouie, y voyant le début d’une «nouvelle étape pour le FN». «Il faut désormais compter avec une troisième grande force politique», a-t-elle assuré dimanche soir.

Dimanche

23h30 La socialiste Anne Hidalgo a devancé son adversaire Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et devient la première femme maire de la capitale où elle succède à son mentor Bertrand Delanoë.

23h00 Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, confirme que 14 ou 15 villes de plus de 9.000 habitants passent dans les mains du FN.

22h15 Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a estimé que les élections municipales étaient un échec pour le gouvernement et représentaient un « message clair qui doit être pleinement entendu ». Ces élections« ont été marquées par la désaffection significative de celles et ceux qui nous ont fait confiance en mai et juin 2012 ». Selon Europe 1, ses conseillers lui auraient conseillé de ne pas annoncer sa démission en direct à la télévision.

« Je pense que nous n'avons pas assez expliqué que l'action de redressement engagée depuis 2012 était essentielle pour notre pays », a-t-il déclaré depuis Matignon, ajoutant « que la situation de nos finances publiques, de nos entreprises, et notamment de notre industrie, était particulièrement dégradée et exigeait beaucoup d'efforts sous peine de voir la politique de la France dictée par les marchés financiers ».

21h30. Les résultats se confirment pour Avignon, qui passe à gauche ; Toulouse, qui va à droite avec Jean-Luc Moudenc (UMP).

21h15. A Marseille, Patrick Mennucci (PS) paraissait incapable de renverser la tendance pour empêcher Jean-Claude Gaudin (UMP), 74 ans, d’entamer un 4e mandat.

20h55. Selon les estimations d’Ipsos, la socialiste Anne Hidalgo va devenir la première femme maire de Paris, au détriment de Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP).

20h45. Le suspense était entier à Strasbourg, où Fabienne Keller (UMP) veut retrouver son fauteuil gagné en 2008 par Roland Ries (PS), et à Toulouse où les derniers sondages d’entre-deux tours donnaient Jean-Luc Moudenc (UMP) et le sortant Pierre Cohen (PS) au coude-à-coude, avec un léger avantage pour la droite. Les résultats des grandes villes (Paris, Marseille) où les bureaux de vote restaient ouverts jusqu’à 20 heures sont attendus plus tard dans la soirée.

20h30. La présidente du Front national Marine Le Pen s’en est réjouie, y voyant le début d’une «nouvelle étape pour le FN». «Le Front national bouscule aujourd’hui le duo traditionnel UMP-PS: il faut désormais compter avec une troisième grande force politique dans notre pays», a-t-elle assuré sur France 2.

20h30. Parmi les villes qui basculent de gauche à droite, figurent notamment Angers, Laval, Reims et Quimper.

20h15. Le président de l’UMP, Jean-François Copé, s’est aussitôt félicité d’une «vague bleue» proclamant que son parti était «le premier de France».

20h05. La candidate PS à la présidentielle de 2007, Ségolène Royal, a jugé que le résultat du second tour était «un avertissement sévère» pour la gauche.

Pierre Moscovici (PS) a également évoqué une « défaite incontestable »

19h55 Reims aussi basculerait à droite, Adeline Hazan, la maire PS sortante, serait largement battue par le candidat UMP Arnaud Robine.

19h50 Le FN Florian Philippot est battu à Forbach, selon nos informations.

19h40 Selon RTL.fr, un remaniement ministériel aura lieu ce lundi 31 mars.

19h35 A Pau , François Bayrou (MoDem) l’emporterait sans surprise.

19h25 A Perpignan, Louis Aliot (FN) serait battu selon nos informations. Les socialistes s’étaient retirés à contre-coeur et parfois dans les larmes, pour favoriser le candidat de la droite face au FN.

19h15 Selon nos informations, Robert Ménard, l’ancien patron de « Reporters sans frontières », à la tête d’une liste soutenue par le Front national et qui assume sa « transgression », l’aurait emporté à Béziers.

18h30 La participation finale au second tour des municipales est estimée dimanche entre 61,5 % et 62 % par plusieurs instituts, ce qui constituerait un record d’abstention compris entre 38 et 38,5 %, jamais vu sous la Ve République pour ce type d’élection.

17h45 Comme au premier tour, c’est en Corse que les électeurs se sont le plus rendus aux urnes. On enregistre un taux de participation de 75,66 % à 17 heures. A l’inverse, la participation la plus faible est constatée en Île-de-France (41,72 %).

17h40 Selon un sondage diffusé sur I-Télé, on se dirige vers un record d’abstention. Le taux de participation total est estimé à 61,5 %, contre 63,55 % au premier tour et 65,1 % au second tour de 2008

17h00 Le taux de participation à 17 heures s’élève à 52,36 %, selon le ministère de l’Intérieur. Soit une légère baisse par rapport à 2008. En effet, à l’époque, le taux de participation à la même heure était de 54,45 %.

16h20 En Nouvelle-Calédonie, Sonia Lagarde a remporté les élections municipales à Nouméa. La candidate centriste UDI a obtenu 51,62 % des voix, contre 48,38 % des suffrages pour Gaël Yanno (UMP).

12h. Le taux de participation au second tour des municipales, ce dimanche à midi, était de 19,83 %. La participation est en baisse par rapport au premier tour, où elle était de 23,16 % à la même heure. Au second tour du même scrutin en 2008, le taux de participation s’était élevé à 23,68 %. Mais cette année la date du second tour coïncide avec le passage à l’heure d’été, qui peut expliquer en partie le fait que nombre d’électeurs tardent à se rendre aux bureaux de vote.

8h. Les Français ont commencé à voter dimanche à 8 heures au second tour des élections municipales. Grand enjeu de ce scrutin, l’abstention a atteint dimanche dernier un record, atteignant 36,45 % à la fermeture des bureaux de vote.