Italie: le gouvernement de Matteo Renzi adopte une réforme radicale du Sénat

.Le projet de loi constitutionnel, qui entérine, selon l’intitulé en conseil des ministres, la fin «du bicamérisme parfait et la réduction du nombre des parlementaires», abolit de fait le Sénat dans sa forme actuelle, ce qu’avait promis M. Renzi lors de sa prise de fonction le 17 février.

Jusqu’à présent, chaque projet de loi devait passer devant la Chambre des députés, puis devant le Sénat et ainsi de suite jusqu’à son adoption finale.

Une fois cette loi adoptée (il faudra pour cela presqu’un an de navettes entre chaque chambre et qu’elle soit adoptée à une majorité des deux tiers), seuls les députés voteront les lois, le Sénat devenant une assemblée exclusivement consultative.

Ce projet, «adopté à l’unanimité», représente «un très grand tournant pour la politique italienne», s’est réjoui devant la presse le Premier ministre.

En quelques mots, Matteo Renzi a donné sa vision du nouveau Sénat: «il ne votera plus la confiance au gouvernement ni le budget». Jusqu’à présent, tout nouveau gouvernement devait pour entrer en fonction obtenir la confiance des deux chambres.