Accueil

Le dessin de presse s’expose chez The Cartoonist

12 grands noms du dessin de presse belge, dont Kroll, Marec, Gal,… ont désormais un espace dédié, rue Haute. Un site web, Thecartoonist.be, permet de découvrir et d’acheter leurs œuvres. A l’origine du projet, le dessinateur Marec et sa fille Marloes. Pour Marloes De Cloedt, le dessin de presse fait partie du « patrimoine culturel » de la Belgique.

Temps de lecture: 4 min

Dès le 16 avril, il sera possible de voir et d’acheter les œuvres des cartoonistes qui font régulièrement la une de la presse nationale. Une première en Belgique. On parle de Kamagurka, Kroll, Marec, Gal, Vadot, Johan de Moor, Cécile Bertrand, Quirit, Ilah, Kanar, Kim et duBus.

The Cartoonist, c’est le projet de Marloes De Cloedt et son père Marec, dessinateur pour le journal Het Nieuwsblad et l’hebdomadaire Dag Alemaal. Voilà trente ans que Marec publie et chez lui sa passion prend de la place. Il possède plus de 20.000 dessins. Ces travaux n’ont jamais été classés. Un comble pour Marloes qui travaille chez Picturae, une firme hollandaise qui commercialise un système numérique qui stocke et organise différents produits culturels. Elle propose alors à son employeur Onno Zaman (décédé le 24 mars) une collaboration avec son père. Il accepte. Ce problème n’est pas propre à Marec. Père et fille pensent alors à former un collectif : « Tous les dessinateurs de presse sont confrontés à ce problème. Il n’y a rien pour archiver et exposer leurs dessins. Alors on s’est dit qu’on devrait proposer l’idée à d’autres dessinateurs. » Une liste de noms de cartoonistes en main, elle prend la route avec une exigence. Celle de réunir Wallons et Flamands : « Ce qui était important pour nous, c’était de créer une collaboration qui rassemble les Flamands et les Wallons. En Wallonie, ils ne connaissent pas Kamagurka et en Flandre, on ne connaît pas Kroll. À travers notre travail, tout le monde va pouvoir connaître ces artistes. »

Le but est alors de créer un site qui rassemble tous les dessins (classés par thèmes, auteurs ou mots-clefs) et de proposer aux fans la possibilité d’acheter une impression ou une œuvre originale. The Cartoonist signe un contrat de cinq ans avec Picturae et lance le site Thecartoonist.be. Pour Marloes, la solution numérique est une vraie révolution : « Les dessinateurs ont maintenant leur propre environnement. Avec un simple ordinateur, ils peuvent voyager avec tous leurs travaux. » C’est aussi un moyen de sauvegarder les cartoons : « Le digital protège les dessins du temps. Le papier s’abîme. Les CD, DVD et disques durs aussi. Le e-stockage à une durée de vie quasi illimitée. » Un élément non négligeable pour cette fille de cartooniste fière des réalisations de son père. Le dessin de presse fait partie pour elle du patrimoine culturel de la Belgique : « Si on met tous les dessins bout à bout, c’est l’histoire de la Belgique qu’on voit. Le dessin de presse fait partie de notre capital culturel. »

Une histoire contée par des artistes aux styles différents : « Ilah, c’est plus autobiographique, avec comme thème les femmes. C’est aussi le cas de Cécile Bertrand. Quirit, c’est un peu plus vulgaire avec du sexe. L’originalité de Kanar, c’est son travail de collage. Gal prend beaucoup de temps sur ses créations. Il travaille aussi bien avec de l’aquarelle qu’avec des pastels. C’est aussi le cas de Johan. DuBus, Kroll et mon père (Marec) font des dessins politiques. »

Dans la collection, les amateurs pourront trouver les dessins publiés dans la presse mais aussi des cartoons jamais édités. Jugés trop choquants par la presse, ils sont restés dans les placards : « Les dessins les plus engagés sont souvent refusés et c’est dommage car ils sont vraiment intéressants. Même s’ils sont choquants, ça reflète la réalité et tout le monde doit le savoir. The Cartoonist est un espace de liberté sans limite. »

Le projet lancé au mois d’août a vite pris de l’ampleur. Après la conception du site web, le collectif décide d’avoir une galerie. Un espace physique où exposer quelques dessins. Ils s’installent alors rue Haute 11, à Bruxelles. Dans un espace de 30 mètres carrés, une cinquantaine de dessins sont exposés. Des écrans permettent de découvrir toute la panoplie. Au-delà des expositions, cet espace sera l’occasion pour les cartoonistes de rencontrer leurs fans et de présenter d’autres travaux (livres, peintures, collaborations). Marloes et Marec espèrent que The Cartoonist sera un jour une référence dans le milieu : « Notre rêve c’est que ça devienne un projet plus important, comme un musée. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une