Testé et approuvé!

Chaque jour, la science progresse. Les marques de cosmétiques collaborent avec les universités, les prix Nobel… Alors que les chercheurs étudient les nouveaux actifs de demain, il peut parfois se passer sept à huit ans avant que l’on arrive à la formule finale d’une nouvelle ligne aux promesses éblouissantes. Parce qu’il faut bien l’avouer, que ce soit en matière d’anti-âge, de minceur, d’hydratation, d’uniformité du teint, on ne peut qu’être frappé devant les allégations qui figurent sur les emballages ou les campagnes pub de bon nombre de cosmétiques. Est-ce à dire que tout est permis ? Que du contraire. La directive Cosmétique 93/35/CEE impose de prouver l’efficacité des produits cosmétiques avant leur mise sur le marché au moyen de tests appropriés. Mais que penser de ces allégations : 70 % d’efficacité en un mois ou 67 % des femmes ont testé son efficacité ? Plutôt que de jouer avec les chiffres (c’est interdit par la loi), les services marketing aiment jouer avec les mots et les petits astérisques qui renvoient à une toute petite ligne, à lire à la loupe, qui complète la promesse imprimée en gros caractères. 80 % de rides en moins ne veut pas dire que vos rides vont se gommer comme par miracle, cela voudra peut-être dire que 80 % des personnes qui ont testé le produit ont répondu oui à la question : Vous trouvez-vous moins ridée ?

In vitro

Avant d’être testé sur un groupe de volontaires (in vivo), le soin aura subi toute une batterie de tests en laboratoires (in vitro). Comme l’explique Édouard Mauvais-Jarvis, directeur de la communication scientifique de Dior . Développer un produit, c’est s’assurer de son efficacité (nous devons apporter la preuve expérimentale pour la législation), mais aussi de sa sécurité. Les tests in vitro sont en mesure de remplacer les tests sur animaux, interdits depuis mars 2013 par la réglementation européenne. Les mauvaises langues diront que ces tests évaluent bien souvent l’efficacité des actifs pris séparément alors que c’est de leur synergie, de leur association dans une formule spécifique, que dépend l’efficacité finale d’un soin. Chez Lancôme, les tests in vitro se font également sur peau reconstruite, précise Peggy Amiot-Peyrot, directrice de la communication scientifique. Nos premiers modèles ont vu le jour en 1979 et, depuis, nous n’avons cessé de les améliorer, avec un épiderme différencié ayant une couche cornée et un derme vivant. Ces modèles constituent pour nous de véritables outils de recherche, ce sont également des outils d’évaluation de sécurité ou d’efficacité.

In vivo

Après s’être assuré de leur innocuité sur l’être humain, on évalue les produits sur des volontaires. Toutes les marques le diront, ils ne sont pas rémunérés mais dédommagés. Chez Dior, un panel de plus de mille femmes teste les produits en aveugle. Ces femmes sont sélectionnées en fonction des produits qu’elles achètent et de leur style de vie. Elles doivent correspondre à la cible de la marque. La seule condition : laisser leur peau au repos pendant trois mois entre chaque test. Pour tester l’efficacité des soins, tout un appareillage sophistiqué est utilisé. Nous disposons d’outils qui nous permettent d’étudier le niveau d’hydratation (cornéomètre), le microrelief, les rides (skinchip) ou la fermeté de la peau (twistomètre, dermal torque meter), détaille la directrice de la communication scientifique de Lancôme. Des techniques d’imagerie nous permettent d’étudier la peau en profondeur (échographie, microscopie multiphotons…). Pour aller encore plus loin, le département recherche de Lancôme a développé des atlas photographiques qui permettent de caractériser le degré de vieillissement du visage en offrant une classification méticuleuse de critères définis (pattes d’oie, rides du front, ptôse…). Ces atlas constituent des outils visuels tangibles permettant des évaluations répétables et reproductibles. Lancôme a même été jusqu’à mettre au point un atlas tactile pour tester l’Advanced Génifique, un sérum « activateur de jeunesse » qui améliore l’apparence de la peau. Très proche de la peau au toucher, ce modèle a été créé pour aider le clinicien dans la détermination du grade de densité globale de la peau. C’est sur cette base qu’il a pu objectiver que l’utilisation du sérum permettait de gagner dix ans après un mois d’utilisation quotidienne.

Le verdict final

Que valent les prouesses scientifiques si l’on ne voit pas de changement immédiat dans le miroir, si l’on n’éprouve pas de plaisir à l’application ? Chez Dior, un panel d’expertes formées à l’analyse sensorielle évalue la galénique des produits, aussi bien en soin qu’en maquillage. Chanel, pour la première fois en cosmétique, a fait appel à la méthode Kano pour élaborer son soin anti-âge Le Lift. Mise au point par ce professeur japonais, elle vise à établir la liste des différents critères conduisant à la satisfaction ou l’insatisfaction des consommateurs. De 32 attributs sensoriels recensés et évalués auprès de 960 femmes dans quatre pays (France, États-Unis, Chine, Japon), elle est parvenue à élaborer trois types de textures qui répondent chacune à la sensorialité attendue par les femmes et véhicule une perception immédiate d’efficacité anti-âge. Parce que, in fine, c’est la satisfaction du consommateur qui prime…

1 | Dix ans de moins en un mois, c’est la promesse de ce sérum. Génifique Advanced, Lancôme, 70 € (30 ml), en parfumeries. 2 | Un soin anti-âge qui se décline en trois textures, de la plus aérienne à la plus veloutée. Le Lift, Chanel, 108 € (50 ml), en parfumeries. 3 | Pour définir les attentes des femmes en matière de BB Cream, Dior a enquêté auprès de femmes asiatiques qui achetaient leur BB Cream en Asie. Diorskin Nude BB, 44 € (30 ml), Dior, en parfumeries. 4 | Une peau plus nette au réveil grâce à ce soin de nuit purifiant. Normaderm Nuit Detox, Vichy, 18,55 € (40 ml), en pharmacies. 5 | Cette marque high-tech de cosmétique dispose de ses propres unités de pointe pour effectuer des tests in vitro et in vitro. Energy C, Intensive Cream, Mesœstetic, 69,85 € (50 ml), www.aesthetic-solutions.be 6 | Une soin amincissant qui diminue le tour de taille de 2,1 cm en moyenne après un mois d’utilisation. Traitement Amincissant Intensif Nuit 10, Somatoline Cosmetic, 52 € (400 ml), en pharmacies.