S'identifier S'abonner

A l’attaque contre l’abstention (vidéos)

« Assez rigolé, allons voter »  : neuf associations, organisations et acteurs de la société civile ont lancé une campagne contre l’abstentionnisme. Les vidéos (humoristiques)

Journaliste au service Politique

Par David Coppi

Temps de lecture: 2 min

Les partis se bougent, les candidats sont dans la rue, les médias ne s’économisent pas, il n’empêche : il flotte comme une crainte d’abstention. Pas loin d’une peur. Rien d’écrit, mais c’est dans l’air.

Les enquêtes et autres baromètres donnent régulièrement à voir d’inquiétants indices de désaffection pour la politique à l’échelle européenne, et chez nous, l’émergence plus ou moins soudaine des « petits partis », plutôt que le signe d’une certaine vitalité démocratique, est interprétée parfois – à tort ou à raison, chacun aura son opinion – comme l’expression d’une méfiance-défiance vis-à-vis du monde politique « traditionnel », selon la malheureuse expression, partant vis-à-vis du monde politique tout court. On parle d’un vote « protestataire » qui serait un peu l’autre nom de l’abstention, laquelle pourrait croître dangereusement en dernier ressort, et avec elle les votes blancs (un bulletin vierge) ou nuls (le bulletin est caviardé)…

Aux communales d’octobre 2012 en Wallonie, le taux d’abstentionnisme au sens large avait atteint 20,5 % du corps électoral, s’agissant de celles et ceux qui n’ont pas fait le déplacement, qui ont voté blanc ou nul. Concrètement : sur 2.496.631 électeurs, on dénombrait 511.378 absents, votes blancs ou nuls. La proportion était de 21,9 % à Bruxelles. Concrètement, là encore, pour les dix-neuf communes de la Région-Capitale, 613.768 électeurs avaient été convoqués, 508.575 s’étaient déplacés. Ajoutez, on l’a dit, les votes blancs (le vote nul était impossible à Bruxelles, où le vote électronique était généralisé). Un record historique. Cela suffit à s’inquiéter pour le 25 mai.

Rien n’est écrit, on le disait, mais dans le doute, neuf associations, organisations, acteurs de la société civile, de toutes obédiences, passent à l’attaque du corps électoral. Elles ont dévoilé ensemble, ce lundi au Théâtre national à Bruxelles, sous le label « ProVote », une maxi-campagne de sensibilisation-mobilisation, sur le mode ludique, conçue par l’agence de communication « Bonjour » (auteure, récemment, de l’opération « Marie et Fred », relative à la lutte contre les violences conjugales) : messages en tous genres, affiches, spots radio-télévisés, militances sur les réseaux sociaux… www.faussesbonnesexcuses.be

>> Décryptage dans notre édition abonnés

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP