L'ULg adopte un nouveau statut d’ «étudiant entrepreneur»

à l’instigation de HEC-ULg, ce statut est ouvert à tous les étudiants porteurs de projets

Temps de lecture: 2 min

L’Université de Liège vient de donner naissance à un nouveau statut, celui d’« étudiant entrepreneur », destiné aux étudiants désireux de créer une entreprise. Proposé à l’instigation de HEC-ULg, ce statut est néanmoins ouvert à tous les étudiants porteurs de projets. L’ULg devient ainsi la deuxième université du pays, après Gand, à créer les conditions favorables à l’émancipation de jeunes entrepreneurs en quête de reconnaissance, d’infrastructures et de conseils. Il s’agit aussi à un niveau plus pratique de faciliter la vie des étudiants qui souhaitent mener de front leurs études et un projet d’entreprise. La Haute école Namur-Liège-Luxembourg mène également depuis quelques années un projet semblable, baptisé Be Young Boss (lire notre article paru en février ici).

Ce nouveau cadre réglementaire à l’ULg se veut le moins restrictif possible, afin de se donner les moyens d’accompagner une grande variété de projets. « Il s’agit bien sûr d’encourager des initiatives purement commerciales mais un projet d’A.S.B.L., par exemple, est également tout à fait recevable pourvu que l’idée soit crédible », explique Bernard Surlemont, professeur d’entreprenariat à HEC-ULg. « Nous n’avons pas imaginé de profil-type pour bénéficier de ce statut, le plus important étant la volonté et la motivation des étudiants qui désirent en profiter. »

Cette grande liberté est nuancée par l’obligation pour l’étudiant entrepreneur de faire état de l’avancement de son projet. Concrètement, ce nouveau statut peut être octroyé sur décision d’une commission créée à cet effet et composée entre autres de deux entrepreneurs. Ce titre est accordé pour une période de douze mois, renouvelable, et offre l’accès à divers avantages : encadrement par des tuteurs, accès privilégié à l’incubateur d’entreprises de l’Université, aux services « Guidance étude » et « ULg Emploi », suivi par un coordinateur du service Qualité de Vie des étudiants et possibilité d’aménager des horaires d’examens ou de travaux pratiques. Il confère aussi aux jeunes entrepreneurs la reconnaissance dont ils ont besoin, particulièrement vis-à-vis d’éventuels interlocuteurs dans le cadre de leurs affaires.

Ce statut « interne » préfigure peut-être un pas vers un futur statut légal d’étudiant-entrepreneur en Belgique, assorti de certains droits sociaux quelle que soit l’école supérieure fréquentée. La France a mis sur pied un tel statut l’automne dernier, conditionné toutefois à l’inscription à un cursus d’un an « Création d’entreprises innovantes et entrepreneuriat », qui reste à mettre en place dans les universités et grandes écoles.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une