Pour inspirer les entrepreneurs wallons

Liège était la deuxième ville wallonne à accueillir une conférence TEDx ce lundi (après Louvain-la-Neuve en mars 2013). Nées aux États-Unis il y a 30 ans, les conférences TED étaient à l’origine consacrées à l’innovation dans les domaines de la Technologie, de l’Entertainement et du Design, d’où son nom.

Entretemps et singulièrement ces trois dernières années, l’organisation non gouvernementale TED a considérablement élargi son horizon. Son but est aujourd’hui la diffusion d’idées et la stimulation de la créativité, que ce soit par des témoignages de scientifiques, d’artistes ou bien sûr d’entrepreneurs. TED, c’est aussi une communauté mondiale, une série de publications et un modèle de licence bien huilé qui permet à tout un chacun d’organiser une conférence « indépendante » dans sa ville. Cette déclinaison TEDx doit simplement respecter une série de règles, la principale étant de ne pas faire de l’argent : la participation aux frais par participant ne peut pas excéder 100 $ (75 euros dans le cas de Liège). Les orateurs peuvent être défrayés mais pas rémunérés. Au niveau de la forme, chaque présentation ne peut pas dépasser 18 minutes, en anglais de préférence.

« L’objectif est vraiment de stimuler l’innovation, la créativité et l’envie d’entreprendre au sens large, en faisant intervenir des orateurs de secteurs et d’horizons très différents » explique le jeune avocat Thomas Daenen, l’un des organisateurs du TEDx liégeois, satisfait d’avoir atteint le plafond de 100 participants autorisé par la licence. Parmi ceux-ci, une majorité d’entrepreneurs venus chercher un peu d’inspiration à l’écoute d’experts, wallons ou non, dans le domaine du marketing, de la cardiologie, de l’édition, de l’informatique ou même de la musique électronique.

Contre la peur de l’échec

« Cela fait du bien en Wallonie de voir ce genre d’événements qui ouvrent une fenêtre sur de nouveaux horizons, » déclare Fred Colantonio, l’un des orateurs. Après avoir créé une agence de communication, ce criminologue de formation s’est spécialisé dans l’accompagnement et la formation de chefs d’entreprise. Il a écrit plusieurs livres sur l’entrepreneuriat (1) et participe à de nombreuses conférences sur des thèmes connexes.

Sa présentation à TEDx était axée sur la perception de l’échec. « Il est toujours bon de rappeler que tous les « grands », de Richard Branson à Steve Jobs, ont connu l’échec.

L’entrepreneur doit être capable de faire de la possibilité de l’échec (‘failure’) un carburant (‘fuel’) plutôt qu’une peur (‘fear’) qui l’anesthésie. Singulièrement en Wallonie, pour des questions de sécurité et de perception sociale, chaque entrepreneur potentiel se met très vite des garde-fous. On réfléchit trop à ce qui est ‘réaliste’ et pas assez à ce qui est ‘réalisable’. »

Les organisateurs de TEDX Liège espèrent rééditer l’événement l’année prochaine, en misant sur 300 personnes cette fois.

(1)  Action – Devenez le Héros de votre propre histoire , 2e volet d’une trilogie entrepreneuriale vient de paraître sur www.lattitudedesheros.com