S'identifier S'abonner

«Donnez une chance à la N-VA»: le message de Bart De Wever aux francophones

Le président de la N-VA a publié ses deux premiers tweets, seule façon, selon lui, de s’adresser directement au sud du pays.

Par la rédaction

Temps de lecture: 3 min

Le président de la N-VA Bart De Wever a diffusé ce mercredi une capsule vidéo via son compte Twitter pour s’adresser directement à l’opinion publique francophone.

Le président de la N-VA a d’abord envoyé son premier tweet sur @bart_dewever, un compte existant depuis plusieurs mois, mais jamais utilisé.

Un premier tweet en forme de teasing, suivi quelques minutes plus tard par son message.

« Je peux comprendre vos inquiétudes concernant les projets de mon parti », dit-il dans une vidéo postée sur YouTube. « Elio Di Rupo refuse tout débat avec moi, mais n’arrête pas de m’attaquer personnellement, sans me donner la chance de répondre. C’est la raison pour laquelle je tiens cette fois-ci à m’adresser à vous ». « Nous vivons dans deux démocraties différentes (…). Je veux faire cadrer la structure de ce pays avec cette réalité », dit-il, appellant francophones et Flamands à aller de l’avant. « Le modèle du PS nuit à votre prospérité. Je veux donc vous proposer une alternative. »«  Je suis honnête avec vous, je joue cartes sur table. (…) Je vous demande seulement de donner une chance à la N-VA », a-t-il conclu.

>> Le verbatim de l’intervention de De Wever

Di Rupo et Magnette répliquent

Le Premier ministre et le président du PS ont quasi instantanément réagi, via Twitter. Dans un tweet en néerlandais, Elio Di Rupo a laconiquement dit : « Un chat en détresse fait des bonds étranges ».

Paul Magnette s’est fait plus direct : « Le renard change d’apparence mais pas de mœurs », en latin, « Votre duplicité ne trompe personne, Mr De Wever ».

Le président du CD&V Wouter Beke ne s’est quant à lui pas étonné des réactions francophones : «  Si durant des années vous cherchez à fustiger et chercher le conflit, il ne faut pas attendre à être subitement accueilli les bras ouverts », a-t-il réagi en marge d’une conférence de presse.

Comment analyser le message de Bart De Wever ?

« Il y a une semaine de trop pour la N-VA dans la campagne électorale. Depuis la mort de Jean-Luc Dehaene, la N-VA cherche son souffle et ne mène plus le jeu », analyse Michel Henrion, chroniqueur politique, sur RTL-TVi.

Pascal Delwit, politologue à l’ULB abonde dans le même sens : « C’est un aveu de faiblesse, on sent bien que la maîtrise de la campagne lui échappe parce que la dynamique a évolué en Flandre » notamment depuis le décès de Jean-Luc Dehaene. « On sent qu’il essaye de reprendre la main et de refocaliser l’attention sur lui. »

Les deux analystes se rejoignent également sur le fait que ce message est davantage adressé aux Flamands qu’aux francophones, en réaction notamment au déplacement de Kris Peeters, la veille, en Wallonie, afin de montrer à la Flandre que lui aussi tend la main au sud du pays. Un message à usage interne, en somme, pour tenter de contrer une fin de campagne difficile pour les nationalistes flamands.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP