S'identifier S'abonner

Le CD&V et la N-VA contre-attaquent: Bart De Wever réalise son vœu en Flandre

Les deux partis vont négocier en vue de former un gouvernement flamand. Geert Bourgeois mènera les discussions pour la N-VA afin de permettre à Bart De Wever de poursuivre sa mission d’informateur au niveau fédéral.

Par Dirk Vanoverbeke

Temps de lecture: 4 min

Bart De Wever a endossé vendredi, pendant quelques heures, sa vareuse de formateur du gouvernement flamand. Objectif : combler au plus vite le retard nordiste consenti sur les deux échappés francophones : le PS et le CDH à la surprise générale, avaient brûlé la politesse aux deux principaux négociateurs du nord, la N-VA de art De Wever et le CD&V de Kris Peeters.

Les deux ténors flamands ont décidé d’unir leurs efforts pour constituer, vingt-quatre heures après les Wallons, un gouvernement. Le nord a donc refait son retard. Mais son gouvernement reflète les choix des électeurs flamands, aux antipodes des votes francophones. Un gouvernement de centre-droit, donc. Une coalition CD&V-N-VA, soit la reconstitution du vieux cartel créé par un certain Yves Leterme. Mais le temps où la N-VA s’était amarrée au CD&V pour ne pas sombrer corps et biens est bien révolu. Aujourd’hui, la N-VA a supplanté le CD&V. La première dispose de 43 sièges, le second de 27. A eux deux, ils livrent une majorité de 70 élus sur 124 au Parlement flamand. Ils se sont même permis le luxe de rejeter une fois de plus les libéraux dans l’opposition. A la fureur de la présidente des Bleus flamands, Gwendolyn Rutten qui répliquait vendredi soir : « C’est une décision irresponsable, une chance ratée de constituer à l’échelon fédéral, un gouvernement sans le PS. »

Les deux partis flamands ont emboîté le pas, un jour plus tard, au futur duo wallon PS-CDH, en adoptant la logique confédérale choisie par les socialistes francophones et en choisissant à leur tour de donner la priorité à l’entité fédérée sur l’Etat fédéral. Bart De Wever, l’homme qui n’a cessé de plaider pour un tel scénario pendant toute la campagne, doit une fière chandelle à Elio Di Rupo.

Kris Peeters n’a pas digéré l’initiative francophone

Kris Peeters, le ministre-président flamand, le chantre pourtant du déplacement du centre de gravité institutionnel du fédéral vers les Régions, n’a pas digéré l’initiative francophone. Il a avoué vendredi sa surprise et sa déception : « Nous avons dépensé beaucoup d’énergie au CD&V pour convaincre MR et CDH de négocier avec l’informateur Bart De Wever la constitution d’un gouvernement fédéral. Oui, je suis déçu. Je constate que le CDH a choisi de sauver l’essentiel en misant sur la certitude d’être au pouvoir en Wallonie. Je le regrette, je suis convaincu qu’il était encore possible de convaincre CDH et MR d’entrer dans cette coalition de centre-droit mise sur pied avec l’aide de Bart De Wever. »

Le ministre-président sortant mènera les négociations pour le CD&V. Geert Bourgeois le fera pour la N-VA. C’est ce dernier, le fondateur de la N-VA, qui se profile désormais comme le futur leader du gouvernement. Pour les deux hommes, le choix de cette coalition est le plus logique et le plus cohérent. Ils assurent que les négociations qui s’entameront après le lundi de Pentecôte mèneront à un excellent accord de gouvernement. Au programme : discipline budgétaire. Investissements dans le secteur de l’innovation, de l’école, des soins de santé et des infrastructures routières et ferroviaires. Création d’emplois. Et politique dynamique de soutien aux entreprises.

Bart De Wever n’a pas souhaité faire de commentaires sur son travail d’informateur. «  Pour l’instant, nous parlons du gouvernement flamand. La situation y est claire et moins complexe qu’à l’échelon fédéral. » Mais le président de la N-VA a tout de même précisé que « vu l’actualité des derniers jours, il n’est pas totalement impensable que nos deux partis se retrouvent au niveau fédéral ». On pouvait s’en douter.

Le chef de file des nationalistes a mis fin vendredi à sa mission de formateur du gouvernement flamand. Et a enfilé à nouveau son costume d’informateur. « Mardi, je remettrai mon rapport au Souverain (sic) qui, dans sa grande sagesse (re-sic), m’a confié cette mission. Je n’en dirai pas plus d’ici là. »

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP