David Cameron au «Soir»: «Dire que Juncker a été élu par les peuples d’Europe, c’est un non-sens»

Alors que les responsables des principaux groupes politiques au Parlement européen ont réaffirmé ce jeudi leur soutien à la candidature de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission au nom du « respect de la démocratie », David Cameron, principal détracteur du Luxembourgeois, a livré au Soir  un texte expliquant pourquoi il s’oppose au processus de nomination en cours.

Le Premier ministre britannique rappelle que le traité de Lisbonne prévoit que ce sont les chefs de gouvernement qui doivent présenter un candidat au vote du Parlement européen. Il voit dans la procédure actuelle mise en œuvre « un deal conclu dans les coulisses ».

David Cameron prévient : « Accepter une telle procédure ne renforcerait pas la légitimité démocratique de l’UE. » Le Premier ministre britannique souligne que le Royaume-Uni se bat ici «  pour l’intérêt européen ».

La carte blanche: «Se battre pour la démocratie et l’intérêt européen»