Le cannabis, une culture en plein boom

Le phénomène, d’abord circonscrit à la Flandre, se généralise.

Temps de lecture: 3 min

Les autorités néerlandaises estiment que « 20 % au moins » des incendies industriels sont provoqués par la culture illégale de cannabis, soit qu’ils sont provoqués par des raccordements sauvages au réseau électrique, soit qu’ils sont imputables à une défectuosité du groupe électrogène qui alimente les installations en énergie, ou à une surchauffe de l’une ou l’autre des lampes de 600 watts qui dorlotent la plantation.

En Belgique, il n’existe aucune statistique de cette sorte mais il est fréquent, désormais, que des plantations de cannabis soient découvertes sur les lieux d’un incendie. Ce fut encore le cas, ce 12 juin, à Turnhout, le 5 mai à Anderlecht, le 29 avril à Bruxelles, rue Ranson, le 26 mars à Montignies-sur-Sambre et, deux jours plus tôt, à Hoboken. En décembre dernier, les pompiers avaient découvert, de la même façon, plus de 10.000 plants de cannabis répartis sur une superficie de 1.200 m2 dans un entrepôt désaffecté de Lessines : un cas plutôt rare puisque la majorité des plantations découvertes en Belgique compte de 250 à 500 plants – la police fédérale parle de « culture industrielle » à partir de 1.000 plants.

Il n’y a pas de fumée sans feu. A elle seule, la multiplication de ces sinistres atteste un indéniable boom de la cannabiculture en Belgique. Un phénomène d’ailleurs amplement confirmé par les statistiques policières : chez nous, le nombre de plantations démantelées par la police est passé de 35 en 2003 à… 1.212 l’an dernier. Le nombre de plants saisis est en augmentation constante : 177.190 en 2008, le double en 2012.

Cette véritable explosion n’est pas propre à la Belgique, comme le soulignait, dès 2012, un rapport de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS). Tout au plus le phénomène aurait-il été accentué chez nous par le durcissement de la législation qui, aux Pays-Bas, encadre la culture du cannabis. Un serrage de vis qui a suscité, là-bas, une efflorescence de plantations clandestines – les autorités néerlandaises estiment à quelque 30.000 le nombre de plantations illégales installées sur leur territoire – et un déplacement de la production vers les pays limitrophes.

Si les saisies restent significativement plus nombreuses dans les arrondissements judiciaires proches de la frontière néerlandaise (Tongres, Anvers, Turnhout, Gand, Hasselt), on constate que la cannabiculture s’étend désormais à tout le pays. En 2006, 78 % des plants saisis chez nous étaient cultivés en Flandre, 17 % en Wallonie et 5 % en région bruxelloise. En 2012, la part relative de la Flandre (68 %) a diminué, celle de la Wallonie (25 %) et de Bruxelles (7 %) ont augmenté. Sur cette période, le nombre de plantations démantelées est passé de 43 à 280 en Wallonie, de 12 à 73 à Bruxelles.

Il faut dire que la spéculation est rentable : à chaque récolte, un plant fournit en moyenne 30 grammes de cannabis, revendus à un prix qui avoisine les 5 euros par gramme. Les autorités judiciaires avaient ainsi estimé à 5 millions d’euros la valeur de revente des plants saisis à Lessines en décembre dernier.

Les vendeurs de matériel spécialisé ont pignon sur rue, sur internet : les amateurs sont nombreux à tenter l’aventure. En 2007, une étude criminologique de l’université de Gand évaluait déjà à plus de 15.000 le nombre de personnes qui, en Flandre, s’étaient lancées dans la production artisanale de cannabis. Du menu fretin qui intéresse bien moins les autorités judiciaires que les gros producteurs organisés en véritables organisations criminelles, parfois en cheville avec d’autres tentacules du crime organisé comme l’a notamment montré une affaire jugée par le tribunal correctionnel de Liège, l’automne dernier : 21 personnes avaient comparu à la suite d’une enquête belgo-néerlandaise qui avait conduit au démantèlement, en région liégeoise, de sept plantations illégales où travaillaient des ressortissants vietnamiens en provenance, semble-t-il, de Tchéquie, un pays où l’organisation concernée était également implantée.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une