La Ville au Conseil d’Etat contre le projet Minguet

Le dernier rebondissement en date ? La décision de la Ville de Liège d’aller au conseil d’Etat contre ledit projet. Le ministre sortant Philippe Henry (Ecolo) a en effet accordé le permis d’urbanisme le 5 juin dernier. Et ce, malgré l’avis négatif de son fonctionnaire délégué.

Le Liégeois Laurent Minguet, qui porte ce projet de 230 kots aux anciens établissements Sacré, pouvait donc enfin avancer.

Sauf que la Ville de Liège ne l’entend pas de cette oreille. Selon elle, malgré le fait que le projet – qualifié de mastodonte par certains – ait été réduit, il ne répond toujours pas aux attentes, ni des autorités communales ni du quartier.

Rappelons qu’à la base, le projet de 283 kots aux anciens établissements Sacré, esplanade Saint-Léonard au début de la rue Vivegnis, a été recalé suite à l’enquête publique. Le promoteur avait alors enlevé un étage, soit 50 kots de moins.

Dès lors, le Collège a pris une décision radicale : aller au conseil d’Etat. « Effectivement, ce point est passé au collège et nous avons pris cette décision de contester l’octroi du permis par la tutelle, détaille Jean-Pierre Hupkens, échevin de l’Urbanisme de la Ville de Liège.

Ce programme de kots reste à nos yeux excessif et suscite de vives oppositions dans le quartier. Oui, il faut réhabiliter une friche, mais peut-être pas avec ça. »

L’échevin liégeois ajoute que la Ville est saisie de nombreuses demandes de constructions de kots, ce qui lui permet d’être beaucoup plus exigeante sur les critères auxquels ceux-ci doivent répondre.

Sur le même sujet
Urbanisme