S'identifier S'abonner

Ozzy Osbourne: le diable s’habille en fada

Black Sabbath sera ce week-end au Graspop. A la tête du groupe : un grand maître du cirque rock’n’roll…

Par Didier Stiers

Temps de lecture: 3 min

Faut-il regretter les années 90, s’interrogeaient l’autre jour Les Inrockuptibles ? On y réfléchit ! Les années 70, elles, peuvent être célébrées pour avoir accouché de personnages aujourd’hui cultes. Dimanche, l’un d’eux sera de retour sur une scène belge : Ozzy Osbourne himself, emmenant Black Sabbath (quasi) comme à la grande époque.

Autre « grande époque », celle de la smala Osbourne, héroïne de son propre show sur MTV. Trois saisons de téléréalité délirante au début des années 2000. Papa Ozzy, maman Sharon, Kelly et Jack sont filmés dans leur vie de tous les jours. Après coup, le patriarche aux lunettes rondes verra ça comme une expérience dans laquelle il aura été le rat de labo : « A la fin, j’étais vidé. Ma famille se désintégrait. Ma femme a passé neuf mois à se battre contre un cancer du colon, mes enfants étaient en désintox’ et moi, un p… de mourant ! Je voulais juste retrouver ma vie rock’n’roll ! »

Parlons-en, de sa vie rock’n’roll ! C’est avec Black Sabbath, qu’il fonde en 1969 aux côtés de Bill Ward (batterie), Geezer Butler (basse) et Tony Iommi (guitare) que sont jetées les bases du heavy metal. Le groupe se trouve un son aujourd’hui encore influent et signe des albums de légende. Paranoid, notamment.

Mais en 1979, exit, Ozzy se lance de son côté. Sa discographie s’alourdit… Diary of a madman (81) est, dit-il, son album préféré. L’Anglais donne aussi son nom à un festival, l’Ozzfest, managé par son épouse. La première édition, en 96, rassemble autour du maître de cérémonie des gens comme Biohazard, Slayer, Sepultura, Neurosis…

C’est aussi le temps où sa vie, et pas que d’artiste, effectue quelques détours par le grand cirque. Il monte sur scène au son de Carmina Burana. S’amuse avec l’occultisme. Fait grimper au rideau les bien-pensants et les cathos. Décapite une chauve-souris puis une colombe… avec les dents. Santé fragile ? Pas qu’un peu, mais il y met du sien. Abuse de substances, genre la dose d’acide quotidienne pendant deux ans. Se ramasse en quad et s’explose une vertèbre. Ou plonge dans la dépression après avoir assisté à l’accident d’avion qui coûte la vie à sa coiffeuse, le chauffeur du tourbus et son guitariste d’alors. Ajoutez à cela des tentatives de suicide (la première à 14 ans, « juste pour voir ce que ça faisait », relate l’encyclo du rock’n’roll publiée par Rolling Stone)…

« C’est du boulot d’atteindre 60 ans », ironisait-il au-dessus d’un gâteau d’anniversaire en 2008. Réunir Black Sabbath en a été aussi, fort probablement. « People look at me and say : Is the end near ? », chante-t-il dans « I don’t know »… On se dit aujourd’hui qu’on ne verra peut-être plus souvent le groupe en action, mais Ozzy Osbourne, les ongles toujours peints en noir, dément. Forcément !

Black Sabbath, le 29 juin au Graspop Metal Meeting. Infos : www.graspop.be

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP