Ces vainqueurs du Tour de France tombés au front lors de la Première Guerre mondiale

Temps de lecture: 3 min

Lucien Petit-Breton (1907, 1908)

Né en 1882, Lucien Mazan vit sa jeunesse en Argentine où son père avait émigré à la suite d’une défaite lors d’une élection. Il y remporte ses premières courses. Surnommé « l’Argentin » à ses débuts en France, il se fait appeler Breton puis Petit-Breton à cause d’un homonyme.

Recordman de l’heure (41,110 km) en 1905, à Paris, il remporte les grandes classiques de l’époque, Paris-Tours en 1906, la première édition de Milan-Sanremo en 1907, Paris-Bruxelles en 1908.

En 1907 et 1908, il devient le premier coureur de l’Histoire à remporter à deux reprises et consécutivement le Tour de France créé en 1903. Il abandonne le Tour 14 (comme il avait abandonné dans les quatre éditions précédentes) lors de l’étape Marseille-Nice et de la terrible traversée de l’Estérel.

Mobilisé en août 14, Mazan est affecté au pilotage des automobiles militaires à l’état-major. En 1917, il est dans les Ardennes. Le 20 décembre, il est victime d’une collision avec une charrette conduite par un homme ivre alors qu’il est porteur d’un courrier urgent. Il meurt à l’hôpital militaire de Troyes.

François Faber (1909)

Né en 1887, celui que l’on appelle « le géant de Colombes » (commune de la banlieue parisienne) porte pourtant la nationalité luxembourgeoise de son père pour laquelle cet ancien docker a opté à sa majorité.

Il se forge un très beau palmarès dans les classiques, gagnant le Tour de Lombardie en 1908, Paris-Bruxelles en 1909, Paris-Tours en 1909 et 1910, Bordeaux-Paris en 1911 et Paris-Roubaix en 1913.

Dauphin de Petit-Breton au Tour de France 1908, il lui succède au palmarès en 1909 et se classe 2e derrière Lapize en 1910. Il finit 9e à plus de 6 heures de Thys en juillet 1914.

Luxembourgeois comme 3 autres vainqueurs (Nicolas Frantz en 1927 et 1928, Charly Gaul en 1958 et Andy Schleck en 2010 mais après déclassement de Contador), François Faber n’est donc pas français quand la guerre éclate et il s’engage dans la Légion étrangère. Engagé sur le front de l’Artois, il disparaît au combat le 9 mai 1915, près d’Arras.

Octave Lapize (1910)

Né en 1887, Octave Lapize remporte une flopée de grandes classiques dès ses débuts : Paris-Roubaix (1909, 1910, 1911) et Paris-Bruxelles (1911, 1912, 1913) trois fois d’affilée, Paris-Tours en 1911.

Entre-temps, en 1910, il a inscrit son nom au palmarès du Tour de France, qui vit une édition historique. Cette année-là en effet, pour la première fois, la Grande Boucle part à l’assaut des mythiques cols pyrénéens (Aspin, Peyresourde, Tourmalet, Aubisque). Il est le premier coureur de l’Histoire à les franchir (sauf le quatrième). La légende est connue. Dans l’Aubisque, Lapize met pied à terre à hauteur de Victor Breyer, l’adjoint du patron du Tour, Henri Desgrange, et lui lance : « Vous êtes des criminels. Dites-le à Desgrange de ma part : on ne demande pas à des hommes des efforts pareils, j’en ai assez. »

En 14, il quitte le Tour en raison du décès de sa mère. En août, il s’engage dans l’armée et, l’année suivante, passionné d’aviation depuis qu’il s’y est initié en 1910 lors du jour de repos à Caen, il rejoint les escadrilles de combat aérien. Le 14 juillet 1917, en mission au-dessus de la plaine lorraine de la Woëvre, Lapize est abattu par deux avions ennemis en Meurthe-et-Moselle.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une