Brussels Airlines lance une formule «low-cost»

Dès le 1er septembre, quatre nouvelles formules seront ainsi proposées aux clients de Brussels Airlines sur le marché européen -check&go, light&relax, flex&fast et biz&class- et remplaceront les anciennes. «  Si nous étions un constructeur automobile, je dirais alors que nous avons rénové trois de nos modèles et créé un quatrième », explique le CEO de Brussels Airlines Bernard Gustin. «  Nous lançons ici une offre extrêmement concurrentielle. »

La première catégorie check&go, destinée à affronter les compagnies low-cost, offrira des billets aller-retour, non remboursables, à partir de 69 euros toutes taxes comprises pour les passagers voyageant sans bagage en soute (qui sera alors payant le cas échéant). Elle sera disponible pour tous les vols, assure Brussels Airlines.

Le directeur commercial de la compagnie aérienne, Lars Redelig, assure que les billets bon marché iront de pair avec un bon service. «  Ce sont des vols bon marché, mais sans le stress des compagnies aériennes low-cost. Nous n’allons ainsi pas faire payer nos clients s’ils oublient d’imprimer leurs billets, ils pourront compter sur un service complet », assure-t-il.

Les autres formules sont quant à elles plus classiques et destinées aux voyageurs traditionnels, d’affaires ou désirant un produit de très haute gamme. Les réservations seront disponibles à partir de la mi-août. Le marché long courrier n’est lui pas concerné par ces nouveautés.

Outre ces formules, Brussels Airlines se dote d’un nouveau slogan -« We go the extra smile »- afin de se positionner comme une compagnie qui met tout en oeure pour satisfaire ses passagers.

Brussels Airlines, compagnie aérienne « hybride »

La compagnie aérienne est convaincue que sa stratégie commerciale doit évoluer et répondre aux besoins « variés et étendus » de ses passagers, qu’ils voyagent pour raisons professionnelles ou privées. «  Le temps où la compagnie aérienne impose une formule de voyage au passager n’existe plus », pour Bernard Gustin, qui souhaite rompre avec les vieilles traditions. «  C’est le passager qui décide quel service répond le plus à ses besoins. »

Grâce à cette nouvelle stratégie, Brussels Airlines souhaite se positionner comme «  une compagnie aérienne hybride qui propose à tous les segments du marché et à tous les budgets une solution au meilleur rapport qualité-prix ».

L’arrivée de Ryanair n’a pas eu d’impact négatif

Depuis le mois de janvier, la compagnie aérienne a vu son nombre de passagers augmenter de 10 % et ce malgré la concurrence de plus en plus forte du low-cost -dont l’Irlandais Ryanair- à Brussels Airport. De manière génrale, les nouvelles destinations lancées durant cet été sont un succès. Et celles se trouvant en compétition directe avec les compagnies à bas prix ont vu leurs passagers augmenter de 7 %.