Sttellla: «La moule se nourrit de nous»

Après 40 ans de carrière, le chanteur nous fait toujours rire.

Vous êtes plutôt bière ou Maitrank pour accompagner le traditionnel moules-frites du 21 juillet ?

Alors le Maitrank, ça, c’est quelque chose. Il y a un gros mois, on est justement allés jouer à la fête du Maitrank à Arlon, c’était la veille des élections. Je ne sais pas si le vote était manuel ou électronique, mais si c’était manuel, il y en a beaucoup qui ont dû mettre des croix à côté des cases. Ils étaient faits comme des rats. Le Maitrank, c’est génial, mais ça tape bien . Sinon, un 21 juillet, le moules-frites, c’est obligatoire. Avec toute l’équipe, c’est ce que l’on mange. Le plus jeune du groupe, c’est le batteur, il a 17 ans. On va essayer de lui faire manger des moules, mais il ne faut pas qu’il meure. Si jeune et avec le talent qu’il a, ça serait dommage ! À côté, nous, on est de vieilles cacahuètes.

Un objet indispensable dont vous ne vous séparez jamais sur scène ?

Le petit carnet, avec toutes les paroles, car je ne retiens rien sinon. Enfin, le petit carnet, qui n’est plus si petit. Avec les années, je suis passé à un format A4. Bientôt je serai sur du A3, ou du A2. C’est l’habitude des copions qui ne se perd pas, il faut croire.

S’il y avait une chanson dédicace aux souverains présents ce dimanche, ça serait laquelle ?

Il y en a une. Elle s’intitule Made In La Belgium. C’est une chanson de notre dernier album qui reprend tous les standards belges. Ça va des Diables rouges à la tarte al d’jote, en passant par les boulets sauce lapin. Je vais peut-être modifier l’une ou l’autre parole, en l’honneur du Roi Philippe et de la Reine Mathilde.

Vous avez prévu de leur faire exécuter quelques pas de danse ?

Dans nos concerts, le public participe toujours aux chorégraphies. Alors forcément, oui, eux aussi devront le faire ! Taper dans les mains, faire wouhou… Ah oui, il faut qu’ils jouent le jeu. Mais je trouve ça bien d’avoir cet état d’esprit décontracté de la part de la famille royale.

Sa majesté Jean-Luc Fonck, ça vous aurait plu ?

Oh non. Je pense que malgré tout, tu dois quand même être assez privé de ta liberté. C’est même bizarre, pour un roi, mais je ne pense pas que notre souverain peut mettre du miel sur ses spaghetti bolos comme ça lui chante.

Comment en ce 21 juillet, allez-vous éviter the dark side of the moule ?

Alors ça, pour la petite histoire, ça fait référence à l’album de Pink Floyd. La face cachée de la lune, on la connaît bien. Mais celle de la moule, on n’en sait rien. Ce sont des jeux de mots formidables. Une fois qu’on les a trouvés, on se demande comment on n’y a pas pensé plus tôt ! Bon, on n’a plus trop de nouvelles de Pink Floyd, mais ce qui serait marrant, ça serait qu’il écrive un titre sur un de ces albums qui détournerait une chanson de Sttellla. Mais autrement, j’adore la moule. C’est marrant parce que certaines personnes pensent à la bestiole pendant qu’elles la mangent, alors elles n’arrivent jamais au bout de leur assiette. Car quand on y pense, la moule se nourrit de nous. Puisque, quand on est mort, on est partout. C’est étrange quand même. Ce sont des choses auxquelles j’aime bien penser. Du genre, le 1er avril, j’imagine qu’il y a plein de petits poissons dans la mer qui s’accrochent mutuellement des mini êtres humains dans le dos. Ça me fait beaucoup rire.

Finalement la véritable question, selon vous, ça ne serait pas qui de l’homme ou la moule, plutôt que l’œuf ou la poule ?

Alors, ces éternelles questions, ça porte à débat ! C’est comme pour l’odeur et l’odorat. Qui est venu en premier ? L’odeur ou l’odorat ? C’est vrai, après tout, sans les odeurs à quoi servirait encore l’odorat ? L’œuf ou la poule, à côté de ça, ce n’est rien… Pour l’homme et la moule, là on sait. C’est la moule forcément, elle est sortie de l’eau et s’est muée en homme après des années…