La Soudanaise condamnée à mort pour s’être convertie au christianisme est arrivée à Rome (vidéo)

Le 15 mai dernier, Meriam Yahia Ibrahim Ishag, une Soudanaise enceinte de 8 mois, avait été condamnée dans son pays d’origine à 100 coups de fouet pour adultère et à mort par pendaison pour apostasie. Née d’un père musulman et d’une mère chrétienne orthodoxe, qui l’a élevée dans sa confession après le départ du père quand elle avait 5 ans, Mme Ishag s’est convertie au catholicisme juste avant d’épouser son mari chrétien fin 2011.

Elle a refusé d’abjurer sa foi chrétienne au profit de l’islam devant la cour qui l’a condamnée à mort le 15 mai. « Nous vous avions donné trois jours pour abjurer votre foi mais vous avez insisté pour ne pas revenir vers l'islam. Je vous condamne à la peine de mort par pendaison », avait déclaré le juge Abbas Mohammed Al-Khalifa à l'adresse de la jeune femme.

Son cas avait suscité une mobilisation internationale, notamment de la part d’Amnesty International.

Fin mai, la mobilisation avait payé et l’annonce de sa libération avait été faite par un responsable soudanais en déclarant que «la femme sera libérée dans les prochains jours selon les procédures légales prises par le pouvoir judiciaire et le ministère de la Justice ».

Après plusieurs péripéties, elle avait finalement été libérée le 23 juin. Elle avait essayé de quitter le pays quelques jours après avec son mari et ses enfants, mais elle avait été de nouveau arrêtée.

Depuis début juillet, Meriam Yahia Ibrahim Ishag est la cible d’une nouvelle procédure devant la justice soudanaise par des personnes affirmant être des membres de sa famille, à l’origine de la première plainte contre elle.

C’est donc soulagée qu’elle est arrivée aujourd’hui matin à l’aéroport militaire de Roma-Ciampino où elle a été accueillie sur le tarmac par le Président du Conseil italien Matteo Renzi, son épouse et la ministre des Affaires étrangères Federica Mogherini.

«Aujourd’hui est un jour de fête», a affirmé M. Renzi, tandis que Mme Mogherini a remercié tous ceux qui avaient permis cet heureux dénouement. «A présent, Meriam et sa famille ont besoin de tranquillité», a-t-elle ajouté.

La famille Ishag doit passer quelques jours à Rome, invitée par le gouvernement, avant de s’envoler pour New York.