Plus de 1.000 Palestiniens tués depuis le début de l’offensive israélienne

Un cessez-le-feu de 12 heures entre Israël et le Hamas est entré en vigueur samedi dans l’enclave palestinienne dévastée de Gaza, après d’intenses efforts diplomatiques qui ont repris à Paris pour tenter d’obtenir une trêve durable au conflit qui a fait un millier de morts.

Quelques heures après le début d’application à 08H00 locales de la trêve qui semblait tenir à la mi-journée, les Palestiniens sont retournés dans leurs quartiers dévastés où gisaient des cadavres et s’amoncelaient les énormes gravats.

Secouristes et journalistes découvraient aussi des scènes de désolation: rangs de maisons défoncées, éventrées, effondrées comme châteaux de cartes. Ca et là, des dépouilles noircies au milieu des ruines, ainsi que des traces de sang mêlées aux empreintes des chars israéliens.

85 corps découverts

Au moins 985 Palestiniens ont été tués et quelque 6.000 blessés, en grande majorité des civils, dans la bande de Gaza depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet, selon les services de secours locaux samedi. Plus tard dans la journée, d’autres sources indiquaient que plus de 1.000 Palestiniens ont été tués depuis le début de l’offensive israélienne

Côté israélien, 37 soldats sont morts dans les combats dans et autour de Gaza, ainsi que deux civils par les tirs de roquettes palestiniens. Un travailleur agricole thaïlandais a aussi péri par un tir d’obus. 138 soldats étaient hospitalisés samedi, dont 9 dans un état grave, ainsi que trois civils, selon l’armée.

Le bilan pourrait augmenter dans la journée en dépit d’un cessez-le-feu de 12 heures entré en vigueur samedi à 08H00 locales (05H00 GMT), des corps étant encore extraits des décombres dans plusieurs zones sévèrement touchées par les frappes israéliennes, notamment à Beit Hanoun, Chajaya et Khan Younès.

Ainsi au moins 85 ont été retirés des gravats après l’arrêt des hostilités, dont 29 à Chajaya, une banlieue est de la ville de Gaza, Zeitoun et Touffah, 13 dans les camps de réfugiés de Deir al-Balah, Bureij et Nousseirat (centre) 32 à Beit Hanoun (nord) et 11 à Khan Younès et Rafah (sud), selon un bilan provisoire publié par le porte-parole des services de secours, Achraf al-Qodra.

Au moins 192 enfants tués

La pause survient au 19e jour d’une guerre qui a déjà coûté la vie à 967 Palestiniens, en grande majorité des civils, à 39 Israéliens, dont 37 soldats, et à un ouvrier thaïlandais depuis le début le 8 juillet de l’opération aérienne israélienne étendue le 17 juillet à un assaut terrestre.

En outre quelque 6.000 Palestiniens ont été blessés, selon M. Qodra. Selon l’Unicef, au moins 192 enfants figurent parmi les morts palestiniens.

Dans la nuit, l’armée a confirmé, après le Hamas, qu’elle respecterait le bref cessez-le-feu, tout en prévenant qu’elle riposterait en cas d’attaque «terroriste» et continuerait à «localiser et neutraliser» les tunnels dont se servent les combattants palestiniens pour lancer des opérations en Israël.

Une réunion internationale à Paris

Pour tenter de mettre fin au bain de sang, une réunion internationale a commencé à Paris en présence des ministres des Affaires étrangères des Etats-Unis, du Qatar, de Turquie et de plusieurs pays européens, à l’invitation du chef de la diplomatie française. Le Qatar et la Turquie sont des alliés du Hamas.

Les participants ont appelé à «prolonger le cessez-le-feu humanitaire en vigueur à Gaza» entre Israël et le Hamas.

«Cette réunion a été positive, elle a permis de dégager des orientations communes pour l’action internationale en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza. Tous, nous appelons les parties à la prolongation du cessez-le-feu humanitaire qui est actuellement en vigueur. Tous nous voulons obtenir aussi rapidement que possible un cessez-le-feu durable», a affirmé Laurent Fabius à l’issue de la réunion.