S'identifier S'abonner

Le 11h02: «Faire face au surendettement, c’est aussi une question d’éducation»

Fin juin 2014, près de 110.000 Belges étaient en procédure de règlement collectif de dette. François Mathieu a répondu à vos questions.

Par la rédaction

Temps de lecture: 2 min

Les chiffres qu’avance l’Observatoire du crédit et de l’endettement interpellent, non ?

Malgré un rebond de l’économie, les Belges n’ont jamais été aussi endettés qu’aujourd’hui. Lors d’une reprise, on peut toujours remarquer un décalage entre l’économique et le social. Nonobstant cela, le nombre de Belges en procédure de règlement collectif de dette est particulièrement inquiétant.

Qu’est-ce qui fait qu’aujourd’hui, les Belges ont plus de difficultés à gérer leur budget ?

Notre société a un problème d’éducation financière, c’est-à-dire que même si des procédures de règlement collectif de dette sont mises en place pour apurer les comptes des ménages, on ne leur apprend pas à gérer un budget. Sans cette éducation, les Belges ont la fâcheuse tendance à retomber dans le surendettement quelques mois après en être sortis. Heureusement, depuis le crash des subprimes, il y a une conscientisation de la nécessité d’apprendre à gérer un budget et quelques mesures voient le jour.

Le surendettement est-il lié à notre société de surconsommation ?

Nous vivons dans une société d’hypertentations où il est très facile de craquer. De plus, il est simple de cumuler de nombreux crédits grâce à la mise à disposition de carte de crédit par les supermarchés. À peine, la personne a-t-elle remboursé une petite partie de son crédit, qu’elle a la possibilité de s’endetter encore plus pour un nouveau. Il est facile de tomber dans cette spirale infernale.

Y a-t-il une loi pour réglementer les crédits à la consommation ?

Oui, d’ailleurs elle sert d’exemple à l’Europe. Le problème est qu’on contourne facilement les règles. De plus, nous pouvons nous demander si toutes les banques jouent le jeu sur la détermination du profil d’investisseurs et si les institutions de crédit jouent le jeu en matière de protection des consommateurs.

La baisse des taux d’intérêts a-t-elle une influence sur le surendettement ?

Les taux d’intérêts étant très bas, l’épargne ne rapporte rien, ce qui incite les Belges à emprunter, à consommer et pour certains, de plus en plus nombreux, à s’endetter.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Opinions Politique Société Monde Économie Sports Culture MAD Planète Santé Repensons notre quotidien Podcasts Vidéos So Soir Soirmag Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Bons plans Comparateur Guide d'achat Codes promos Belgique Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Œuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be L'Echo SudInfo Metro Kotplanet.be Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP