L’arrêt imprévu de Doel 4 est dû à une perte d’huile

Pour compenser la perte de production, la centrale au gaz de Drogenbos devrait être relancée.

Chef du service Enquêtes Temps de lecture: 2 min

Le réacteur nucléaire de Doel 4 a été mis à l’arrêt ce mardi, en fin de matinée, à la suite d’une perte d’huile de la turbine à vapeur dans la partie non-nucléaire de la centrale, explique Electrabel. La centrale a été mise à l’arrêt automatiquement de manière totalement sécurisée suivant les procédures prévues, précise-t-on. « Les collaborateurs de la centrale nucléaire ont entrepris l’analyse détaillée de l’origine de cet incident. Le planning de redémarrage de la centrale sera confirmé dans les prochains jours », ajoute une porte-parole. Une chose est sûre : Doel 4 ne redémarrera pas demain.

Pour compenser cette perte de production, Electrabel a utilisé son site de pompage-turbinage de Coo et a relancé sa centrale au gaz de Drogenbos, qui devrait se mettre à produire de l’électricité à partir de 18h.

Un réacteur censé rester en service jusque 2025

Notons encore que le quatrième réacteur de Doel est le « petit dernier » du site. Construit en 1985 et d’une capacité supérieure à 1.000 MW, il est censé rester en service jusqu’en 2025.

Les autres réacteurs de Doel ne sont pas non plus au sommet de leur rentabilité… Doel 1 et Doel 2 vivent en effet leurs derniers mois : leur fermeture est prévue en 2015 après 40 ans de loyaux services. Quant au réacteur micro-fissuré de Doel 3, il est à l’arrêt depuis la fin mars, tout comme Tihange 2 ; certains résultats de tests menés sur ces deux réacteurs micro-fissurés ont en effet été jugés non conformes.

À l’heure actuelle, aucune crainte pour la sécurité d’approvisionnement du pays. Soleil d’août et vacances réduisent nettement la demande électrique en Belgique.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une