Succès pour le coworking à Namur

Un espace ouvert dans lequel des travailleurs nomades, des entrepreneurs, des indépendants mais aussi des étudiants viennent travailler au même endroit, chacun pour leur activité respective. Voilà comment on peut définir l’espace coworking de Namur. Les travailleurs intéressés peuvent acquérir un abonnement de 5 à 20 jours (les prix varient de 99 à 550 euros) leur permettant de bénéficier d’un espace de travail et de rencontre en plein centre de Namur. Ce projet, soutenu par le programme Creative Wallonia, a été inauguré il y a un peu plus d’un an. Pour les fondateurs de cet espace, le bilan est positif.

Perché au haut d’un bâtiment de la rue de Fer avec une superbe vue sur Namur, l’espace de coworking de la capitale wallonne a été lancé il y a un an et demi. Le bilan de cet espace de travail est très positif. «  Notre taux d’occupation est de près de 60 %, pour le moment. Nous sommes très contents avec ça. C’est ce que nous avions prévu, affirme Yves Vandeuren, gérant du projet. Au dernier trimestre, le nombre de coworkers a augmenté de 10 %. Si cela continue comme ça pendant deux ou trois trimestres, on arrivera à un taux d’occupation de 100 %Lors de l’inauguration, nous avions une dizaine de travailleurs abonnés à notre espace de coworking, se souvient Yves Vandeuren. Aujourd’hui, nous avons 33 abonnés, dont des PME, et une quarantaine de coworkers. Ils ont toutes des formules d’abonnement différentes donc ils ne sont pas tous là en même temps . »

Tester la formule avant de s’abonner

Avant de payer un abonnement, vous pouvez tester l’espace de coworking. « Les gens peuvent venir y travailler gratuitement durant 4 à 5 jours. « C’est rare qu’un travailleur qui teste l’espace ne s’y abonne pas par la suite , affirme Yves Vandeuren. Évidemment, certains profitent un peu du système. « Il arrive qu’un Bruxellois doive, par exemple, rencontrer un homme d’affaires du Luxembourg. Ils se donnent rendez-vous à Namur, dans notre espace, car c’est central , poursuit Yves Vandeuren. Ils bénéficient alors d’une journée de test. Mais, bien sûr, nous ne les revoyons plus jamais par la suite. Les utilisateurs de l’espace de coworking ne viennent pas du centre-ville de Namur, ils viennent surtout de la périphérie namuroise.

Dans cet espace namurois, de nombreux indépendants se croisent chaque jour. «  Au début, ce sont surtout des gens qui travaillent dans le domaine du web qui venaient chez nous », affirme Yves Vandeuren. Aujourd’hui, l’espace coworking accueille des indépendants au profil… atypique. Parmi les infographistes, les développeurs web et les traducteurs, on retrouve un artiste, une société de paintball et… Grégory Glibert, un menuisier.

Le concept a attiré ce travailleur originaire de La Bruyère. Il y vient surtout… pour l’ambiance. «  Ce qui m’a amené au coworking, c’est l’envie de rencontrer d’autres personnes », explique Grégory Glibert. Quand je suis en atelier, je suis seul toute la journée », confirme le menuisier. Je fais ici tout ce qui est administratif. Quand je m’occupe des factures, par exemple », témoigne-t-il. À Namur, il n’est pas le seul à avoir adopté le concept. De nombreux indépendants et plusieurs startups se partagent cet espace de coworking.

Plus d’informations sur l’espace de coworking de Namur sur leur site coworkingnamur.be