S'identifier S'abonner

Le 11h02: «Un coup de force de Manuel Valls pour marquer son autorité»

Joëlle Meskens, envoyée permanente à Paris, a répondu à vos questions.

Par la rédaction

Temps de lecture: 2 min

Après un week-end agité par les déclarations anti-austérité du ministre français de l’Economie Arnaud Montebourg dans les pages du Monde et ensuite depuis son fief électoral de Frangy-en-Bresse, le couperet est tombé dès lundi matin: le Premier ministre a présenté à François Hollande la démission de l’ensemble du gouvernement.

Manuel Valls, reçu pendant une heure lundi matin par le chef de l’Etat, est désormais chargé de constituer, d’ici mardi, une «équipe en cohérence avec les orientations» que François Hollande «a lui-même définies pour notre pays», a déclaré l’Elysée dans un bref communiqué.

Pourquoi Manuel Valls a-t-il présenté la démission de son gouvernement ?

La réprimande était attendue après les propos tenus ce week-end par Arnaud Montebourg. Mais l’ampleur de la réponse a créé la surprise. En forçant la formation d’un nouveau gouvernement, Manuels Valls impose sa solution au président. Le Premier ministre ne veut pas finir comme son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault, et a fait un coup de force pour marquer son autorité.

Quels changements va-t-il proposer  ?

Manuel Valls doit former un gouvernement « cohérent ». Actuellement la majorité est divisée. Au-delà des propos d’Arnaud Montebourg et de Benoît Hamon, un véritable groupe de frondeurs se forme et empêche de faire passer certaines réformes. Un nouvel équilibre est nécessaire pour avancer. En cas d’échec, l’Assemblée nationale pourrait être dissoute.

Une nouvelle équipe sans Arnaud Montebourg ?

Le discours qu’il a tenu ce week-end est incompatible avec la fonction de ministre de l’Economie. Son maintien à un autre poste n’est pas exclu. François Hollande en a besoin pour contenter l’aile gauche du parti. Mais le changement pourrait aussi être plus large  : les relations de Manuels Valls avec Christiane Taubira, la ministre de la Justice, et avec Aurélie Filipetti, la ministre de la Culture ont toujours été difficiles. L’enjeu est capital pour la gauche, certain évoque la possibilité d’une autre voie avec la scission du groupe parlementaire à l’Assemblée. La page qui s’ouvre peut conduire à une recomposition du paysage politique français.

Quelles sont les conséquences pour François Hollande ?

Croissance, chômage, tous les indicateurs sont au rouge. Les résultats économiques sont désastreux. Si l’impasse politique qui s’ajoute dure, de nouvelles élections deviennent probables. La gauche perdrait le scrutin et François Hollande n’aurait eu qu’un demi-mandat pour faire passer sa politique.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retour en haut du site Belgique Monde Économie Sports Culture Opinions Techno Sciences et santé So Soir Soirmag Génération Demain la Terre Images Le choix de la rédaction Dossiers Archives Bourses Trafic Météo Programmes télé Club du Soir Nous contacter RSS Concours Les voyages du Soir La boutique SoSoir Petites annonces Annonces immobilières Gocar Faire-part et cartes de vœux Photobook Les Oeuvres du Soir Toutes nos archives Gérer les cookies Rossel Rossel Advertising References Cinenews Out.be Passion Santé L'Echo SudInfo Metro Grenz Echo La Voix du Nord Vlan Rendez-vous En mémoire Sillon belge App Store Optimization Immovlan VLANSHOP