Au Forem, l’amiante inquiète le personnel

Depuis quelques semaines, et un mail reçu de la direction du Forem, les employés de l’immeuble installé sur le site du Val-Benoît, à l’entrée de Liège, sont inquiets.

La direction annonçait, en effet, la tenue de deux réunions d’information au personnel, la première ce mardi 28 août, la seconde le 11 septembre, sur la présence d’amiante dans le bâtiment.

échantillons positifs

Du coup, des bruits ont circulé, avec des informations plutôt alarmantes. Pour ce membre du personnel, qui veut conserver l’anonymat : «  On nous a expliqué qu’une quinzaine d’échantillons de poussières avaient été récoltés dans le bâtiment, et que cinq d’entre eux étaient positifs. »

De là à penser que le personnel courait un danger en continuant à travailler sur le site, il n’y avait qu’un pas.

Du côté de la direction du Forem, la porte-parole Stéphanie Wyard explique : « En fait, le bâtiment, qui a été construit en 1964, a été entièrement retapé en 2000 pour accueillir le Forem. A l’époque, il avait été désamianté. »

Pas à fond, visiblement. « Effectivement, concède la porte-parole. Au début de cette année, nous avons fait procéder à un inventaire amiante des quelque 260 sites que nous occupons dans toute la Wallonie. Pour une dizaine d’entre eux, il s’est avéré qu’il fallait agir pour éliminer l’amiante qui s’y trouvait. En revanche, à Liège, aucune intervention n’est nécessaire. » Mais il y a tout de même de l’amiante  ? « En effet, l’inventaire effectué sur le bâtiment du Val-Benoît a fait apparaître que de l’amiante se trouve encore à l’intérieur de faux plafonds, sur des têtes de poutres de béton et des têtes de colonnes. Mais celles-ci ne sont pas accessibles, aucune fibre d’amiante n’en sort, et elles ne sont nullement en contact avec le personnel. »

À la suite de cet inventaire, la direction du Forem a fait procéder à des échantillonnages pour analyser la qualité de l’air dans le bâtiment. «  Pour ce faire, explique Stéphanie Wyard, nous avons placé dix pompes dans tout l’immeuble pendant plusieurs heures, et nous avons fait analyser les échantillons d’air ainsi recueillis. Il est clairement apparu qu’il n’y a pas une seule fibre d’amiante en suspension dans l’air. »

réunion d’information

La première réunion organisée par la direction du Forem, qui s’est tenue ce mardi en début d’après-midi, a visiblement rassuré largement les membres du personnel qui y ont assisté.

Ainsi, pour cette employée : « Outre des membres de la direction et du service logistique, le SIPP (Service interne de Protection et de Prévention) était également présent, ainsi que le médecin du SPMT (Service de Prévention et de Médecine du Travail). Tous ont été unanimes à confirmer que toutes les mesures d’air effectuées ces derniers temps dans le bâtiment se sont révélées totalement négatives sur le plan de fibres d’amiante. Les quelques échantillons positifs faisaient état de fibres végétales ou de fibres de coton, mais pas de fibres d’amiante. »

Par ailleurs, la direction a annoncé que, désormais, d’autres pompages d’air seront effectués régulièrement, trois à quatre fois par an, afin de vérifier la qualité de l’air et l’absence d’amiante.

Stéphanie Wyard : « Nous jouons le jeu de la transparence, parce que nous savons que le mot amiante est un mot qui peut faire peur. Alors que, dans le cas précis de Liège, cette peur n’a aucune raison d’être. »

Les quelque 280 personnes qui travaillent chaque jour dans la tour du Val-Benoît peuvent donc se sentir rassérénées...