Hélicoptère de l’ONU abattu, l’aide humanitaire au Soudan du Sud en est affectée

La chute d’un hélicoptère de l’ONU, abattu mardi au Soudan du Sud, affecte les opérations d’aide dans le pays, ravagé depuis mi-décembre par une guerre civile et où le risque de famine croît, ont prévenu ce jeudi des responsables humanitaires.

« Cela a eu un impact immédiat sur nos opérations à Bentiu », capitale de l’État pétrolier d’Unité (nord), près de laquelle l’hélicoptère a été abattu, l’une des zones les plus touchées par les combats, a déclaré le responsable des opérations humanitaires de l’ONU au Soudan du Sud, Toby Lanzer. « Nous avons cloué au sol tous nos vols vers Bentiu (…) nous espérons les reprendre dès que possible », a-t-il ajouté.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a révélé mercredi soir que l’hélicoptère, un Mi-8 transportant du fret à destination de Bentiu, avait été abattu, sans préciser qui de l’armée gouvernementale loyale au président Salva Kiir ou des forces rebelles fidèles à son ancien vice-président Riek Machar, étaient à l’origine des tirs.

« Nous sommes en possession de la boîte noire (…) l’enquête a commencé », a poursuivi Toby Lanzer, « dans le cadre de l’enquête nous traitons cela comme un acte hostile contre les Nations Unies ». « Si ce type de menace persiste, nos services à Bentiu vont être paralysés », a expliqué à l’AFP Wendy Taeuber, responsable de l’ONG International Rescue Committee (IRC) au Soudan du Sud, « l’hélicoptère est le seul moyen de transport de et vers Bentiu, tant pour le personnel que pour l’approvisionnement ».

Plus de 45.000 personnes fuyant les violences, mais aussi de plus en plus poussées par la faim, s’entassent avec de l’eau au-dessus des genoux, dans la base de l’ONU à Bentiu, inondée par les pluies.

M. Lanzer a par ailleurs averti que la famine pourrait être déclarée au Soudan du Sud fin 2014 ou « plus vraisemblablement » début 2015. « Nous travaillons tous très durs pour empêcher la famine, mais nous sommes très inquiets de ne pas pouvoir y arriver », a-il expliqué.