Léa Salamé, un vent de fraîcheur convaincant dans «On n’est pas couché»

Samedi soir, la nouvelle chroniqueuse faisait sa première rentrée dans l’émission de Laurent Ruquier. Le télésubjectif de Maxime Biermé.

Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

C’était l’événement télé de ce week-end. Léa Salamé, 34 ans, faisait sa première apparition sur France 2, en tant que chroniqueuse dans « On n’est pas couché », le talk-show de Laurent Ruquier. Elle a pris place aux côtés d’un Aymeric Caron visiblement heureux de s’être débarrassé de son ancienne comparse Natacha Polony. Cette dernière officie désormais sur le plateau du Grand Journal de Canal+. Léa Salamé, ex-journaliste de la chaîne d’information en continu i>Télé était attendue au tournant. Il fallait oser succéder à Michel Polac, Eric Zemmour et Polony. Des critiques confirmés, essayistes sulfureux aux opinions tranchées. Un profil opposé à celui de la jeune journaliste franco-libanaise, dont la (bonne) réputation est basée sur sa neutralité.

Si ses premières interventions ont paru un peu surjouées (elle a été jusqu’à traiter Aymeric Caron de « lèche-cul »), elle a retrouvé de sa prestance lors de la longue interview politique de Cécile Duflot. Les deux mains posées sur le bureau, la tête en avant, Léa Salamé emprisonne l’invité avec ses questions. Elle insiste « Qui savait pour l’affaire Cahuzac ? Vous le savez, alors dites-le ! ». Elle n’obtiendra pas de réponse mais aura déstabilisé l’ex-ministre écologiste du Logement.

Léa Salamé ne s’inscrit pas dans la lignée des anciens chroniqueurs « à droite » de l’émission. Elle a choisi d’assumer et de s’appuyer sur ses qualités journalistiques, et non ses opinions politiques. Elle a visiblement (trop ?) préparé ses questions et c’est tout à son honneur. Les entretiens avec Claude Brasseur et Frederic Beigbeder ont fini par nous convaincre. En choisissant Salamé, Ruquier fait le pari de la jeunesse et de l’intelligence. Il tourne la page des « polémistes » aux propos parfois fumeux, limites racistes. Une bonne manière de renouveler « On n’est pas couché » sans toucher aux fondamentaux. Bravo.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
Sur le même sujet La UneLe fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une