Vendanges réussies à Genval

Les habitants de l’avenue des Combattants à Genval étaient conviés dimanche dernier à vendanger les raisins du vignoble qu'ils ont planté ensemble en 2011. Une quarantaine d'adultes et d'enfants ont répondu présents!

Temps de lecture: 4 min

Reliant la gare à la place communale de cette petite commune du Brabant wallon, l’avenue des Combattants est une rue chargée d’histoire, les villas cossues y côtoient les petites maisons ouvrières, et certains jardins contiennent des espèces d’arbres particulièrement remarquables. Diverses activités, dont une fête de quartier ce dimanche 14 septembre, sont organisées par un comité de quartier fort actif, comité qui a, en 2007, imaginé de créer un vignoble.

Après quatre années d'étude d'un modèle économique et d'acquisitions de compétences dans le domaine, le comité de quartier plante en avril 2011 près de 650 pieds de vignes, tous parrainés par des habitants (ce qui permet de financer l'affaire) sur un terrain mis à disposition par la Commune derrière la magnifique villa du Beau-Site dessinée par Paul Hamesse. Dans le même temps, 200 autres pieds sont plantés dans les jardins des rues voisines pour être vendangés en même temps que la parcelle principale.

Le cépage choisi est le solaris, un cépage hybride résistant aux maladies et assez répandu déjà en Belgique, mais surtout en Suisse où on le retrouve souvent dans les vignobles bio. Plus tard, si les résultats sont bons, il n'est pas impossible que des pieds de raisins noirs soient plantés à Genval, mais ce n'est pas pour tout de suite. Car pour qu'une vigne porte des grappes susceptibles de donner un vin de qualité, il faut patienter plusieurs années. Au moins quatre ans. Une étape prévue à Genval en 2015.

Entre-temps, des tests sont réalisés chaque année avec les faibles quantités de jus obtenues: 30 litres en 2012,  60 litres en 2013 et probablement 100 cette année.

Un chai pour l'année prochaine

Après le vignoble de Villers-la-Vigne, celui de Genval est donc le deuxième vignoble du Brabant wallon à vendanger, l'essentiel des récoltes ne commençant en Wallonie que la semaine prochaine pour les plus précoces. Il était donc un rien trop tôt dans la saison pour cueillir le raisin, mais la maturité et le taux de sucre étaient suffisants et surtout, de la pluie était prévue pour la semaine.

Rien de plus mauvais pour le vin en effet que des raisins gorgés d'eau… et puis, il est plus convivial (et facile) de rassembler les habitants un dimanche plutôt qu'en semaine afin que chacun, enfants compris, puissent participer à cette activité peu banale.


Dimanche dernier, les habitants du quartier s'étaient donc donnés rendez-vous au vignoble à 10h pour démarrer ensemble les vendanges après les recommandations données par le maître de chai dans la cave de la Villa du Beau-Site. Car, c'est la grande nouveauté de l'année, la Commune met désormais trois pièces à disposition de l'asbl pour y installer un chai. Un grand mot encore à ce stade, vu les quantités de vin produites, mais un lieu qui s'avèrera bien utile d'ici un an ou deux lorsque le vignoble donnera tout son potentiel. Pour l'anecdote, ce local fut autrefois le lieu de réunion de la section locale des Alcooliques Anonymes, cela ne s'invente pas…


Parrainages littéraires

Pour accompagner la vigne dans son développement, l'asbl compte de précieuses ressources en son sein comme l'explique Nicolas Vuille, président de l'asbl: "nous avons par exemple, Luc De Vos, le maître de chai, ingénieur brassicole de formation en train d'aménager une micro-brasserie  à Rosières et c'est une chance énorme pour nous de le compter dans l'équipe. Il n'a jamais fait de vin jusqu'ici, mais il maîtrise le processus de transformation et peut remplir des cahiers des charges. Le savoir technique et scientifique, il l'a, c'est sûr. Puis, côté scientifique, nous avons aussi Stéphane qui est micro-biologiste, spécialisé dans les levures. Et c'est peut-être une piste de développement pour le vignoble de Genval, car en partenariat avec les autres vignobles de la région, on pourrait mutualiser nos connaissances scientifiques et pourquoi pas, créer un petit labo d'analyse qui pourrait servir aux vignerons amateurs du coin."

Et les projets ne manquent pas, confirme Nicolas: "nous allons en effet replanter nonante pieds supplémentaires et nous avons aussi planté une quarantaine de pieds le long du mur de la propriété et là, ce sont des parrainages littéraires. On a commencé l'an dernier avec Vincent Engel, et cette année, c'est Caroline Lamarche qui vient dans deux semaines parrainer son pied de vigne. Mais elle rencontrera aussi son public, en partenariat avec la Bibliothèque communale et le Centre culturel, le dimanche 21 septembre, c'est le type d'initiatives que nous souhaitons promouvoir."

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info
La Une Le fil info

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une