La Commission Juncker suspectée de rabais sur l’environnement

WWF-Europe, Greenpeace et les Amis de la terre ont mis en doute la décision de Jean-Claude Juncker de fusionner les portefeuilles du Climat et de l’Energie, et de confier ces compétences à l’ancien ministre espagnol de l’Agriculture.

M. Cañete, qui a déclaré au Parlement européen détenir des participations dans deux entreprises pétrolières, « devra résoudre des conflits d’intérêts et améliorer son bilan environnemental en tant que ministre pour prouver qu’il est à la hauteur », a jugé Mahi Sideridou de Greenpeace-UE.

Pour les trois organisations, la balle est dans le camp du Parlement européen, qui peut choisir de retoquer des commissaires désignés à l’issue d’auditions qu’il va entamer.

Le groupe des Verts européens a fait écho à leurs critiques, exprimant ses craintes que la création d’un portefeuille associant Climat et Énergie « nuise à l’engagement de l’UE face à l’urgence climatique ». « Il en va de même » pour la fusion des compétences de la Pêche et de l’Environnement, confiées au Maltais Karmenu Vella, a ajouté le groupe dans un communiqué.

« Il est regrettable que pour la première fois depuis 25 ans, l’Environnement n’ait pas un commissaire dédié », a déploré lui aussi Tony Long, directeur de WWF-Europe.