Le tourisme, affaire de quartiers

Le tourisme à Bruxelles, ce sont 6,3 millions de nuitées en 2013, pour 3,3 millions de visiteurs. Et rien que pour le secteur horeca, cela représente quelque 25.000 emplois non-délocalisables. Dans sa Déclaration de politique régionale, c’est-à-dire son programme pour les cinq ans à venir, le nouveau gouvernement bruxellois annonce d’ailleurs qu’il souhaite « exploiter la politique touristique pour créer de l’emploi et de la richesse. » Et si le secteur n’était pas qu’une affaire régionale, mais concernait également chaque quartier ? C’est ce que suggère la Chambre des classes moyennes, qui présentait mardi le résultat d’une étude commandée au bureau d’études Idea sur le thème Tourisme et économie locale en Région de Bruxelles-Capitale.

Pour étudier cette question, les auteurs de l’étude Ariane Wautelet et Dieter Depraetere ont sélectionné deux quartiers tests, éclairés par Atrium (l’agence régionale du commerce), Brukselbinnenstenbuiten (une ASBL de guides touristiques néerlandophones peu connue des francophones), et Visit Brussels : la zone Antoine Dansaert – Sainte-Catherine – rue de Flandre, d’une part, et le cœur de Saint-Gilles d’autre part. Ils y ont rencontré moult acteurs locaux, pour aboutir à la formulation de propositions précises pour développer le tourisme dans les quartiers sélectionnés à l’échelon local pour leur potentiel touristique. L’objectif de ces propositions : créer une « image mentale » du quartier auprès des visiteurs, renforcer cette image en rapport avec l’image que s’en font ses habitants et offrir une valeur ajoutée audit quartier.

1 Mise en place d’une guide (physique et virtuel) des quartiers bruxellois. Il s’agit de créer une image des différents quartiers auprès des touristes.

2 Insérer les quartiers dans les initiatives touristiques régionales. Les experts suggèrent notamment de présenter les quartiers et les principales attractions aux différents guides touristiques.

3 Proposer des packages de découverte des quartiers. Il s’agirait que les quartiers conçoivent eux-mêmes des propositions de découverte qui incluent l’hôtellerie, les activités possibles, les restaurants, etc. « La définition de ce contenu doit se faire au niveau local mais la communication au niveau régional », suggèrent les auteurs.

4 Aider les entreprises à faire leur promotion sur les réseaux et médias sociaux. Trip Advisor, Facebook, etc., sont devenus importants pour les entreprises. Celles qui ne les utilisent pas pourraient y être sensibilisées à peu de frais à l’aide d’une fiche « trucs et astuces », conseille l’étude.

5 Identifier des attractions phares. Chaque quartier dispose de lieux remarquables qu’il conviendrait de valoriser. Pourquoi ne pas développer les visites guidées de l’hôtel de ville de Saint-Gilles, par exemple, et le faire savoir, conseille par exemple l’étude.

6 Créer de l’animation. Les auteurs proposent une série d’actions simples susceptibles de susciter l’adhésion, comme organiser des événements en lien avec l’identité du quartier, travailler sur la décoration, veiller à l’équilibre entre les types de commerces, etc.

7 Simplifier les flux piétons. Et notamment par une signalisation adéquate, y compris temporaire lors d’événements.

Y a-t-il un quartier prêt à se lancer ?