Plus de 24.000 inscrits en 5 ans au projet Bike to Work

Lors du lancement du projet en 2009, Bike to Work qui a pour but d’inciter les travailleurs belges à utiliser le vélo pour se rendre au travail, comptait quelque 1.109 inscrits. Cinq années plus tard, ils sont 24.309 au total. La région Bruxelloise compte le plus grand nombre de membres avec 5.187 participants, vient ensuite Anvers et ses quelque 5.128 inscrits. La ville de Gand rassemble 3.524 inscriptions.

À l’origine, l’initiative s’inscrit dans le contexte d’un projet européen nommé « Life Cycle » soutenu par l’Agence Européenne pour la Santé et les Consommateurs auprès de la Commission Européenne.

Toute personne désirant se rendre au travail à vélo (ou à vélo combiné avec un autre mode de transport), s’inscrit sur le site www.biketowork.be. Une page personnelle donne un aperçu des trajets effectués à vélo, des kilomètres parcourus, des calories brûlées…

Lorsque l’employeur soutient l’action, des points-vélo obtenus par le travailleur-cycliste peuvent être échangés contre des bons de réduction ou des chèques-cadeau. Un concours annuel est également organisé.

Le coordinateur de Bike to Work auprès de l’association flamande Fietsersbond, Dieter Snauwaert se veut positif quant à l’utilisation croissante du vélo entre le domicile et le lieu de travail. « Des innovations telles que le vélo électrique, des vêtements adaptés ou encore de nouvelles infrastructures, devraient encore stimuler le cyclisme », selon M. Snauwaert.

La distance moyenne parcourue par les membres de Bike to Work est de 17,6 kilomètres par jour. Le parcours moyen qui sépare le domicile du travail des participants représente quant à lui 12,4 kilomètres. « Une distance plus importante ne refroidit donc pas les cyclistes dans leurs déplacements. Le vélo prouve ainsi son efficacité en tant que moyen de transport durable entre le domicile et le lieu de travail », estime M. Snauwaert.