Une troisième bande pour les bus à l’avenue De Fré

Les riverains de l’avenue De Fré à Uccle sont prêts à s’enchaîner à leurs marronniers, à faire un sit-in sur leurs places de parking et, bien sûr, à signer la pétition contre le réaménagement de l’artère situé entre le square des Héros et l’avenue des Statuaires. Sur ce tronçon, l’avenue passerait de deux à trois bandes de circulation, plus une piste cyclable.

Ce dossier actuellement à l’enquête publique est mené dans le cadre du prolongement des itinéraires cyclables régionaux (ICR) par Bruxelles Mobilité. En tout, ce sont 16 km d’ICR qui seront aménagés sur le territoire ucclois dont quelques centaines de mètres sur De Fré, entre le square des Héros et l’avenue des Statuaires, afin de rejoindre la piste cyclable déjà existante.

En même temps, Bruxelles Mobilité souhaite créer un site propre pour le bus. L’avenue De Fré étant régulièrement très embouteillée, la vitesse commerciale du bus 41 est particulièrement réduite.

De ce fait, les trottoirs seraient réduits des deux côtés à 2 mètres de largeur. La voirie de 8 mètres déjà divisée en deux bandes de circulation devrait accueillir un site propre pour le bus du côté pair, de 3 mètres de largeur, plus les deux bandes de circulation pour les automobiles ainsi qu’une piste cyclable séparée du reste de la circulation de 1,4 mètres.

Cela implique la suppression de 30 emplacements de parking en voirie ainsi que l’abattage des 14 marronniers qui bordent l’avenue. Cependant, 7 prunus devraient être replantés.

Les riverains s’inquiètent fortement de ce plan. Une pétition a été mise en ligne et a déjà reçu plus de 100 signatures en moins de 48 heures.

A la commune, on prend bien la mesure de l’impopularité du futur visage de l’avenue. « Cette modification est englobée dans le projet de prolongement de 16 km de l’ICR, précise Jonathan Biermann (MR), échevin de la Mobilité. Nous sommes d’accord avec ce projet mais quelques points d’aménagement nous posent problèmes et celui-ci en fait partie. Cependant, il se situe sur une voirie régionale, donc notre marge de manœuvre est réduite. »

La commune regrette principalement la suppression des emplacements de parking. « Si Bruxelles Mobilité supprime les places, les riverains devront se garer dans les voiries latérales qui sont déjà surchargées. De plus, elles sont assez éloignées de certaines habitations. Pour décharger, cela ne sera pas possible de s’arrêter devant chez eux. »

Le collège ucclois rendra donc un avis négatif. Les arbres n’ont pas encore mis leurs branches à terre.

Sur le même sujet
Politique